Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2015 2 11 /08 /août /2015 12:35
COMMENT REDUIRE LES COUTS DANS LES OFFICES CREES ?

COMMENT REDUIRE LES COUTS DANS LES OFFICES CREES ?

Les « nouveaux notaires », désireux de créer leur étude rapidement après la publication des décrets d'application de la loi Macron, se sont d'ores et déjà mis à la tâche et établissent leur business plan avant, si nécessaire, de solliciter leur banquier.

Naturellement, la gestion de ces « nouveaux offices » doit être ajustée au plus près et les « nouveaux notaires » s'interrogent sur les moyens de réduire les charges fixes et parmi celles-ci les coût d'utilisation des logiciels de gestion des dossiers et rédaction des actes (GENAPI, …).

Un office qui démarre ne peut et ne doit évidemment pas supporter les mêmes coût d'utilisation des logiciels que ceux qui produisent déjà des centaines ou des milliers d'actes.

Il est donc nécessaire de négocier, avec les fournisseurs et autres prestataires, un tarif qui sera fonction directe du nombre et de la nature des actes produits, par définition zéro à l'instant de l'ouverture de l'office.

Ce blog a déjà joué le rôle qui lui était imparti en permettant aux diplômés notaires de communiquer entre eux et de se rassembler pour faire valoir leur point de vue auprès des ministres et parlementaires concernés, tout en préservant leur anonymat afin d'éviter les représailles de leurs employeurs ; démarche qui a pleinement porté ses fruits

Tout en poursuivant notre action à tous les niveaux (notamment auprès des responsables politiques avec lesquels nous sommes en relation constante) pour que les décrets d'application de la loi Macron répondent aux attentes des « entrepreneurs-notaires », y compris ceux qui veulent créer aussi des cabinets d' « avocats-notaires », nous nous proposons d'aider, de la même façon, les "nouveaux notaires" à réduire leurs coûts.

Dans cette optique, au-delà de nos propres démarches dont nous rendrons évidemment compte sur ce blog, nous invitons nos « correspondants » actuels et futurs à nous faire part de leurs questions, et aussi des solutions qu'ils auront trouvées et mises au point dans leurs relations avec leurs divers fournisseurs et prestataires.

Bien évidemment et toujours dans la même optique d'éviter les représailles de leurs employeurs, nous leur garantissons l'anonymat le plus absolu.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by avocats notaires
commenter cet article

commentaires

Lannes 27/09/2016 16:14

Bonjour à tous,

Cet article a plus d'un an mais il est plus que jamais d'actualité. Peut-on créer un nouvel article (pour une meilleure visibilité) qui permettrait à chacun de partager les informations qu'il a pu obtenir concernant l'installation ?

J'ai noté que quelqu'un avait eu une réponse de LSN concernant l'assurance : 2.000 € HT par an les deux premières années (tarif qui serait donc toujours en vigueur mais lors de mon stage futur notaire les intervenants de LSN avaient précisé qu'il s'agissait du tarif pour les anciennes créations d'offices sur concours et que ce serait peut-être revu pour les "créations Macron").

Chacun pourra apprécier le marché immobilier de la commune dans laquelle il entend demander sa nomination pour évaluer le coût de bureaux adaptés et les travaux à y effectuer; pour le reste nous seront tous logés à la même enseigne :

Téléphones, PC, mobilier, copieurs/imprimantes : quels prestataires pour quels coûts ?

Les abonnements : téléphone, internet REAL 3, Génapi (ou autres logiciels de rédaction et compta), cotisations Chambre et CSN ?

Je commence seulement à me poser toutes ces questions et je vois que certains y réfléchissent depuis longtemps alors peut-être pouvez-vous nous faire part de ce que vous avez pu recueillir comme informations.

Pour s'installer il faudra obtenir un financement, pour cela il faut un prévisionnel et certains experts-comptables proposent de nous assister (moyennant quelle rémunération ?) mais il reste une grande inconnue : LES RECETTES.

Comment et à quelle vitesse la clientèle se détournera des offices historiques (bien connus des agences, des banques et de leurs clients réguliers) pour se rendre chez "le petit jeune" qui certes a du temps pour nous recevoir et pour traiter notre dossier tout de suite mais a-t-il les reins tout seul quand les autres ont plein de collaborateurs ?

Diplôme 20/08/2015 20:58

Suite à la création nous débuterons sans employés ... Comment font les créateurs sans employés pour les procurations des banques par exemple? Help !!

FLDN 12/08/2015 13:31

J'ai des interrogations pour ma part sur plusieurs points :

Imaginons la publication des décrets en Octobre puis l'ADLC transmettra ses travaux et la cartographie sera établie. Nous pourrons donc dès le 8 Février 2016 transmettre nos dossiers au ministère de la justice pour solliciter nos nominations. Il sera facile de justifier de nos compétences (diplômes et attestation de stage),notre honorabilité (casier judiciaire vierge), notre expérience (contrat de travail et fiche de paie). Il sera plus délicat pour l'assurance !
L'urgence est plus à ce niveau ... il me semble primordial que les associations de diplômés s'organisent dès aujourd'hui et contactent de manière officiel l'assurance professionnelle actuelle du notariat afin de prendre la température et savoir si une affiliation sera possible. A défaut, il faudra trouver une solution de repli, soit négocier une assurance groupe pour les "nouveaux notaires" ou alors proposer aux nouveaux un listing des compagnies d'assurance qui acceptent d'assurer ces "nouveaux notaires", compte tenu du statut assez particulier.

Je ne sais pas comment cela se passe ailleurs ... chez les médecins, avocats par exemple ... s'il y a une assurance pour tous ou si chacun peut s'affilier auprès de telle ou telle compagnie notoirement connue pour assurer telle ou telle profession.

Autre point : au niveau de la nomination !
L'envoi du dossier et sa validation entrainera t elle nomination automatique ou faudra t il toujours attendre une très longue procédure de nomination ?
Si le gouvernement souhaite faire avancer les choses rapidement, il est utile de l'informer sur les longs délais actuels et qu'il organise un système rapide et pratique ! Les associations de diplômés peuvent aussi, à mon sens, s’intéresser rapidement à ce problème !

Enfin, restera la problématique du financement.
Une installation nécessite un investissement de minimum 25.000 Euros en frais d'installation, puis un fonds de roulement (sans prévoir de gros travaux dans le local loué, et en regardant chaque dépense).
La première année de charges de fonctionnement peut être estimée à 40.000 Euros (loyers, assurances, frais de fonctionnement, logiciels etc ...), sans employés et sans prévoir de rémunération pour le notaire. Après ces 40.000 Euros, nous pouvons imaginer soit prendre une rémunération soit mettre en réserve, soit les deux si l'activité se développe rapidement. Il faut généralement un an pour que l'activité décolle et que l'étude soit à l'équilibre
Il faut donc prévoir une solution financière ... pour l'investissement de départ (25.000), pour la première année de charges (40.000) ainsi que pour les charges familiales.
Tout dépendra de l'apport personnel bien entendu ... mais il existe il me semble des solutions pour les demandeurs d'emploi (soit obtention d'un capital correspondant au solde des indemnités ou paiement d'une somme mensuelle tant que le créateur ne gagne pas d'argent) ainsi que des prêts à l'installation.
Je pense que nous ne devons pas imaginer compte tenu du contexte actuel obtenir un prêt CDC cautionné par l'ANC ... il faudra trouver des sources extérieurs !

Merci d'échanger sur ces sujets et de poursuivre la réflexion !

Notaire2016 31/08/2015 13:02

Bonjour FLDN,
Pourriez-vous me contacter afin que l'on puisse échanger sur l'installation et les solutions que vous avez trouvées afin de les confronter aux miennes? De plus il semble aujourd'hui indiquer de se regrouper pour peser plus fortement sur les différents prestataires qui, selon mes contacts, n'ont pas encore changé les réflexes commerciaux déjà existant en direction de la profession. L'invitation à FLDN est ouverte à tous les gens de bonne volonté. Cordialement

anonyme 12/08/2015 09:33

Quelqu'un a t-il des info sur le stage futur notaire :
Le stage futur notaire sera t-il toujours obligatoire pour s'installer? Dans l'affirmative le gouvernement envisage t-il d'autres solutions (compatibles avec une installation rapide) pour l'effectuer ex : formation en ligne.
merci

FLDN 12/08/2015 13:16

Il faudra attendra la phase des décrets pour que l'on sache les pièces obligatoires ... mais à priori ce stade demeurera obligatoire tout au moins pour avoir des notions comptables et en déontologie.
Il semble nécessaire que vous avertissiez rapidement les pouvoirs publics sur les difficultés à venir quant aux difficultés à s'inscrire à un tel stade et aux "places" limitées !

emilie 11/08/2015 23:45

Merci pour votre article. Serait-il envisageable de se regrouper en tant que futur créateur d'Etude pour négocier ensemble une offre de groupe? Ensemble nous serons logiquement plus fort que chacun à négocier individuellement. De même pour l'assurance collective qu'on nous a indiqué peut-être pour nous faire peur qu'elle ne serait pas possible pour nous, or la loi précise qu'il faut remplir la condition d'assurance...

Dugard 11/08/2015 13:07

1ère question les décrets seront-ils connus de tous (nous y compris) ou seulement du CSN...
cela constitue de fait un désavantage pour ceux qui sont informés ou pas.

PS : Le projet de loi Macron avait été envoyé au CSN ainsi qu'au conseil de l'Ordre des avocats et des huissiers mais pas mis en ligne !

FLDN 12/08/2015 13:18

Non seulement les décrets seront publiés mais en plus il me semble qu'il est prévu que lorsque l'autorité de la concurrence sera saisie (dès parution des décrets semble t il) pour établir la cartographie ... nous pourrons transmettre nos observations ! Préparons dors et deja nos arguments pour une grande ouverture en "zone libre" sur le territoire !

emilie 12/08/2015 10:24

@dugard: les projets de lois, lois et décrets sont sur le site internet public Legifrance il existe une rubrique Actualités à consulter régulièrement donc...