Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 13:24
LES FRANCAIS ADHERENT A EMMANUEL MACRON, QU'ILS VOIENT EN "PRESIDENTIABLE"

LES FRANCAIS ADHERENT A EMMANUEL MACRON, QU'ILS VOIENT EN "PRESIDENTIABLE"

Selon un sondage Odoxa des 15 et 16 octobre, décrypté par Gaël Sliman président de cet institut :

« Les propos d'Emmanuel Macron, qui ont suscité une levée de boucliers dans son camp, font l'unanimité auprès des Français.

Le ministre de l'Economie a remporté la bataille de l'opinion. »

43 % des citoyens voient en lui un potentiel « bon président de la République » (46 % chez les sympathisants de droite, 43 % chez ceux de gauche), ce qui est énorme attendu qu'il n'est ministre que depuis un an.

A titre de comparaison : Alain Juppé est à 47 %, Manuel Valls oscille entre 32 et 40 % et Nicolas Sarkozy entre 29 et 37 %.

Selon les sujets évoqués, Emmanuel Macron est approuvé par 65 à 81 % des sympathisants de droite, et recueille également une nette majorité à gauche (56 à 64 %).

De quoi permettre au jeune et brillant ministre de l'Economie, désormais tuteur des notaires (mais néanmoins régulièrement insulté et menacé par certains d'entre eux), de tenir bon sur sa ligne lors de la réunion de mercredi prochain, 28 octobre, au siège du CSN avec tous les édiles de la corporation.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by avocats notaires
commenter cet article

commentaires

LAmie 24/10/2015 09:28

Monsieur Crédule ne serait-il pas un sous-marin Bercy? (comme l'est Mr Trigallou…)

zorro 06/11/2015 14:17

à CREDULE - Concernant l'expérience professionnelle d'un DN,

L'expérience annoncée est souvent un écran de fumée... Je m'explique :

Nous savons que la plupart des notaires emploient des stagiaires, non pas pour les former en les faisant participer à la plupart de leurs rendez-vous et en leur demandant de rédiger la jolie palette de leurs actes courants, mais pour bénéficier d'une main d'œuvre qualifiée (et donc en principe de qualité) et bon marché...
Une fois le ''pigeon'' appâté par des promesses de responsabilités ou d'association, il faut rapidement le spécialiser dans tel ou tel domaine (ventes ou successions ou fonds de commerce ou pire, les prêts...) afin qu'il obtienne les automatismes professionnels (juridiques, informatiques et administratifs) qui lui sont propres et qui feront de lui une ''machine à produire'' ce type d'acte.
Il faut surtout éviter tout contact avec la clientèle (afin qu'il n'empiète pas sur les plates-bandes de son Maître, mais aussi pour qu'il ne prenne pas trop d'assurance...), et continuer à le priver de tous les autres actes qui le disperseraient.
Ainsi pratiqué, le pigeon deviendra vite un agneau docile, en attente de plus de gratifications (hiérarchiques ou pécuniaires) et d'un peu plus de pratique dans les autres domaines afin de parvenir au niveau de son Maître.
Mais l'attente peut être longue... Très longue... Beaucoup de diplômés se reconnaîtrons.

Aussi je trouve CREDULE un peu trop crédule quand à la ''pratique professionnelle'' annoncée par les DN.

Je pense, au contraire, que quelques mois de pratique véritable (accès à tous les dossiers assortie d'une véritable perspective personnelle d'installation à court terme) permet de se rendre compte du caractère répétitif de la plupart des actes courants.
Pour ce qui est de ceux qui sortent de l'ordinaire, le niveau d'étude et l'envie (ou la passion, si vous préférez) doivent suffirent à estimer des capacités à les réaliser.

C'est la raison pour laquelle je souhaite que le décret tant attendu ne prévoit qu'une expérience minimale (les 2 ans de stage + 2 ans post diplôme) qui mettra tous les diplômés sur un pied d'égalité.
De toute façon, le sens commun de la clientèle et la saine concurrence auront tôt fait d'éliminer les incapables ou les fumistes...

CREDULE 27/10/2015 16:52

Sous marin, non, juste une profonde conviction que le modèle économique actuel a trouvé ses limites. Cela ne signifie nullement que certaines interrogations formulées par les Instances du Conseil Supérieur du Notariat ne soient pas légitimes.
Malheureusement la structure du Notariat a abouti à ce que les « réflexes protectionnistes » ont pris une amplitude démesurée ayant totalement stratifiés toute initiative de bon sens dans l’édiction d’une refonte du statut du Notaire dans un Monde en profonde mutation.
Un exemple topique de distorsion profonde de l’analyse de la structure de marché dans lesquels les notaires interviennent.
Pour les Instances du Conseil Supérieur, il analyse schématiquement le Marché en 3 zones : le Marché du « Notariat Parisien », le Marché du « Notariat Français » hors zone Parisienne, Le Marché du « Notariat Corse ».
A mon propre niveau ce sont 6 zones et non 3 zones :
Le Marché du Notariat Parisien
Le Marché du Notariat des grandes Métropoles
Le Marché du Notariat des zones urbaines
Le Marché du Notariat des zones péri urbaines
Le Marché du Notariat des zones rurales
Le Marché du Notariat Corse.
Ensuite il convient d’analyser les zones d’influence, et leur recoupement. Bref, voilà une distorsion profonde de l’appréhension de l’analyse de la structure du marché sur les activités traditionnelles déployées.
Par contre, lorsque le Conseil Supérieur s’interroge, à mon sens à juste titre, de la durée nécessaire préalable d’exercice professionnel pour pouvoir s’installer, c’est une question de bon sens.
Je me rappelle de ce qu’un professeur de Droit énonçait, lorsque j’étais Etudiant, même si le propos peut choquer : « Arriver à une certaine maturité professionnelle nécessite dans ce type de métier un exercice professionnel de 10 ans », et il visait à l’époque tant les Notaires que les Avocats. Il considérait que pour s’installer il fallait avoir un certain « vécu professionnel ».
En d’autres termes, une orientation vers la Libre Installation nécessite effectivement d’avoir l’assurance que les personnes désireuses de s’installer aient suffisamment d’expérience de terrain pour vraiment appréhender la plénitude de leurs fonctions professionnelles.
Une durée de 3 ou 4 ans me paraît effectivement court. Une expérience éprouvée de 8 années, voire 7 années au minimum, me paraitrait effectivement plus conforme en ce que la personne désireuse de s’installer ait eu une expérience de terrain éprouvée dans l’ensemble des secteurs professionnels auxquels les Notaires ont coutume d’intervenir.
Sur ce point par exemple, je pense que les professions de Notaire et d’Avocat finiront par converger en ce qu’une installation professionnelle nécessite une durée d’exercice professionnelle préalable raisonnable « incompressible».
Cette durée d’exercice professionnel préalable étant le Corollaire indispensable au principe d’une Liberté d’Installation.

FOSSIER 24/10/2015 22:17

Et vous Lamie du CSN?

nouveau venu 23/10/2015 08:47

Puisqu'il est si intelligent, il va comprendre que 10.000 notaires qui reçoivent 20.000.000 de personnes par an peuvent parfaitement expliquer d'ici 2017 ou 2022 la pertinence de l'augmentation par JM AYRAULT de 0.7% de droits sur les ventes, la loi Duflot, la loi Hamon etc....de Brillantes lois que les notaires appliquent, en expliquant mais sans commenter.
Puisque nous devenons des acteurs politiques libéraux, .....commentons tous les jours, tous les jours jusqu'à 2017 et 2022.
Notaire

LAmie 25/10/2015 10:34

non, je ne suis même pas notaire, mais pas totalement idiot non plus...

FOSSIER 24/10/2015 22:17

Continuez à prendre vos clients pour des idiots ... croyez vous qu'ils prendront argent comptant les infos que vous leur transmettrez sur les politiques? croyez vous que vous puissiez les convaincre de placer un bulletin dans l'urne plutôt qu'un autre ?

Messieurs les notaires, arrêtez de vous prendre pour Dieu ... vous n'êtes que notaires ...

avocats notaires 23/10/2015 10:09

La confrontation des intelligences est redoutable : le jour où les responsables politiques considereront que les 10.000 notaires concentrent une capacité de nuisance excessive, c'en sera fini de la corporation. On ne peut pas exclure d'avoir déjà atteint ce stade !

Notada 23/10/2015 05:00

A quand la parution tant attendu des décrets d'application alors que la loi est applicable le 1er jour du sixième mois après sa promulgation soit au 1er février 2016 ???

XC 23/10/2015 09:50

Avec ou sans décret la loi sera applicable le 1/02 !
Diplômes notaires préparez vous
Il reste très peu de temps

Notasssistant 23/10/2015 07:51

Et bienvoula vous avez la reponse ;)

CREDULE 22/10/2015 19:57

C’est un homme courageux en phase avec les réalités sociales et économiques du monde actuel et qui tente d’agir utilement pour « désincarcérer » ce Pays. Ceci nécessitant une détermination peu commune dont peu d’hommes politiques savent faire preuve. Un homme qui maîtrise techniquement ses dossiers et qui s’inscrit dans une vision pragmatique des difficultés propres aux différents secteurs de l’Economie, sachant formuler les évolutions pertinentes pour tendre vers une économie moins sclérosée et plus dynamique.
Il est certain que face à la léthargie dans laquelle baignait le Notariat cela n’a pu que créer un électrochoc dont la virulence est à la hauteur de l’engluement dans laquelle il se trouvait. La tâche est lourde, mais l’affronter était une nécessité.

avocats notaires 23/10/2015 10:14

Bien d'accord avec vous : les analyses de CRÉDULE sont remarquables de lucidité.

XC 23/10/2015 09:54

Je suis notaire de base et je ne peux que vous féliciter encore pour votre analyse.
Continuez !
Vous devriez écrire sur les blogs tels certains "furibards" si ce n'est déjà fait.

Principe di Salina 22/10/2015 19:49

Il faut donc gouverner selon les sondages....

avocats notaires 22/10/2015 20:15

Le fait pour M. Macron de bénéficier d'un large soutien de l'opinion, à droite autant et plus qu'à gauche, lui permet d'affronter le "lobbying agressif" des notaires et de mettre en oeuvre plus facilement cette importante réforme.

Articles Récents