Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 août 2020 2 04 /08 /août /2020 13:02
LA JUGE S'EST FABRIQUÉ UN FAUX MARIAGE !

LA JUGE S'EST FABRIQUÉ UN FAUX MARIAGE !
https://www-leparisien-fr.cdn.ampproject.org/v/s/www.leparisien.fr/amp/hauts-de-seine-92/hauts-de-seine-la-folle-vengeance-d-une-juge-compagne-econduite-10-03-2020-8276979.php?amp_js_v=a2&amp_gsa=1&usqp=mq331AQFKAGwASA%3D#aoh=15965382859943&referrer=https%3A%2F%2Fwww.google.com&amp_tf=Source%C2%A0%3A%20%251%24s&ampshare=https%3A%2F%2Fwww.leparisien.fr%2Fhauts-de-seine-92%2Fhauts-de-seine-la-folle-vengeance-d-une-juge-compagne-econduite-10-03-2020-8276979.php
Hauts-de-Seine : la folle vengeance de la juge éconduite par son compagnon
Pour nuire à son ex-compagnon qui la trompait, une magistrate de Nanterre a manigancé un mariage bidon. Son beau-frère s’est fait passer pour le conjoint.
Palais de justice de Nanterre. La magistrate de 58 ans mise en cause a longtemps exercé comme juge en correctionnelle, puis comme juge des libertés et de la détention. Elle venait d’être affectée au tribunal d’instance de Colombes.
Par Valérie Mahaut, avec Nicolas Goinard
Le 10 mars 2020 à 19h53, modifié le 11 mars 2020 à 07h34
C'est le scénario d'une comédie acide. Une femme blessée qui se venge de son ex-compagnon en l'épousant… sans le lui dire. Manière de lui pourrir la vie en l'empêchant de la refaire.
Mais ce n'est pas une femme ordinaire qui a monté ce stratagème révélé par Europe 1. La compagne éconduite est magistrate, juge au tribunal de grande instance de Nanterre, pendant des années. elle y a longtemps exercé comme juge des libertés et de la détention.
En élaborant cette vengeance, c'est sa liberté qu'elle a mis en jeu. En tant que juge — c'est une circonstance aggravante —, elle est poursuivie pour « faux et usage de faux en écriture publique » et « obtention et usage de faux documents administratifs par personne dépositaire de l'autorité publique ». Tout ça pour nuire à son ex.
Il y a une vingtaine d'années, la juge n'a pas encore la quarantaine. Elle commence une carrière de magistrate, après avoir d'abord été avocate.
Elle rencontre un ancien confrère du barreau de Nanterre, dont elle tombe amoureuse. Lui aussi sans doute puisque tous deux ont un enfant ensemble et forment un couple pendant près de vingt ans.
Elle découvre la relation extraconjugale
Voici quelques années, ils envisagent de quitter la région parisienne pour s'installer à La Réunion. La juge demande sa mutation. Selon le projet conjugal, son compagnon devait lâcher son cabinet des Hauts-de-Seine pour la rejoindre.
Mais au moment d'entamer cette nouvelle vie sous les tropiques, la juge découvre que son compagnon entretient une liaison secrète avec une amie très proche, avocate au barreau de Nanterre elle aussi.
Cette femme est la sœur d'une ancienne ministre de François Hollande. Et précisément, la juge vengeresse fut détachée un temps de ses fonctions pour œuvrer au côté de cette membre du gouvernement.
En 2017, son nouveau poste l'attend donc au parquet général de Saint-Denis de la Réunion. Son compagnon, lui, a décidé de ne plus partir.
Elle s'envole seule, avec leur fils et son dépit. « Elle n'était pas à ce qu'elle faisait. Sa situation personnelle a certainement joué sur sa vie professionnelle », note un magistrat de La Réunion.
«Ce qu'elle a fait a ensuite a pris des proportions qui l'ont dépassée»
« Elle s'est retrouvée dans une situation personnelle compliquée à 58 ans, résume une de ses anciennes collègues. Ce qu'elle a fait a ensuite pris des proportions qui l'ont dépassée. »
Peut-être mais la juge jalouse s'est révélée redoutablement efficace dans l'élaboration de sa vengeance. Elle s'est procuré un acte de naissance de son compagnon et a convaincu son beau-frère de prendre l'identité de ce dernier pour que soit célébré le mariage. Ainsi, en mars 2019, l'avocat de Nanterre a épousé, sans le savoir, celle dont il ne partageait plus la vie.
Les mois ont passé et la juge a demandé de nouveau sa mutation, pour revenir à Nanterre où elle a reposé ses valises en septembre dernier. Valises d'amertume et de vengeance.
En remplissant les fiches de renseignements administratifs, la magistrate a signalé son changement d'état civil. Mieux, elle a expressément fait savoir qu'elle souhaitait dorénavant être appelée par son nom de femme mariée.
Pour que le dossier administratif soit complet, il lui a été demandé de fournir le contrat de mariage conclu en mars 2019. Ce qu'elle a fait.
La juge est suspendue
De son côté, l'ex-compagnon a évoqué avec le bâtonnier des Hauts-de-Seine le retour de la juge à Nanterre. En toute logique, le second a fait savoir à la présidence du tribunal qu'il serait préférable que la magistrate ne soit pas affectée à un poste où les anciens conjoints se feraient face.
C'est à l'occasion de ces échanges que l'avocat a découvert qu'il avait épousé la juge. Il est tombé de l'armoire.
Au parquet, face à un contrat de mariage pourtant régulier, on s'est dit que l'un des deux mentait et qu'il convenait de faire part de ses soupçons à la cour d'appel Versailles. Celle-ci a ouvert une enquête et fait placer la juge en garde à vue à la mi-décembre.
À l'issue, elle a été mise en examen pour « faux et usage de faux, faux en écriture publique ou authentique et usage, obtention indue de documents administratifs et usage de faux documents administratifs par personne dépositaire de l'autorité publique ».
Sa fille née d'une première union et témoin du mariage bidonné, a également été mise en examen. Tout comme le faux marié.
La juge est placée sous contrôle judiciaire et suspendue de ses fonctions au tribunal d'instance de Colombes, où elle avait été affectée, depuis le 23 janvier.

Partager cet article

Repost0

commentaires