Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 11:16

L' « HUMBLE AVIS » D'UNE SALARIEE DE NOTAIRE SUITE A L'INVITATION QUI LUI EST FAITE DE PARTICIPER A LA « MANIFESTATION NATIONALE » DU 5 SEPTEMBRE :  

Un correspondant nous transmet ce courrier d'une grande lucidité, relatif à la « manifestation nationale » annoncée pour le 5 septembre :  

« Objet : MANIFESTATION NATIONALE DU 5 SEPTEMBRE 2014-PARIS...HUMBLE AVIS D'UNE SALARIEE
Madame,
 

Je tenais tout d'abord à vous remercier pour ce grand moment d'humour que vous nous avez offert mais en tant que salariée du notariat je me sens en droit de répondre à cet appel du 18 juin (pardon du 5 septembre) un brin manipulateur et de donner l'avis d'un certain nombre de salariés et notaires-assistants. Pour une fois qu'on pense à nous.  

Une question à tous mes collègues pour commencer :  

On y gagne quoi au fait ? Non, parce que ça fait déjà pas mal d'années qu'on ne gagne rien même quand l'activité et les prix sont au plus haut.  

Donc là, si on manifeste et qu'on obtient gain de cause on aura quoi ??? Parce que le monopole et le chiffre d'affaires sera préservé grâce à nous quand même.  

Ah c'est la crise ? Juste un merci alors ? C'est comme pour les augmentations et les heures supp' en fait ?  

Et pour nos patrons pour qui rien ne changera c'est tout bénéf' c'est ça ?

S'il vous plaît, ne vous faites pas avoir.  

Je ne suis pas syndiquée (pas le temps et l'envie) et juge notre gouvernement complètement incompétent mais demander aux employés de parader pour défendre le chiffre d'affaires...de leurs patrons c'est vraiment grotesque.  

Franchement, il faudrait compter le nombre de secteurs professionnelles capables d'une telle prouesse.  

Et la manif pour nos salaires elle est quand ? Je ne suis pas certain qu'on nous laisse y aller à celle-là.  

Il est clair qu'une réforme sera utilisée par nos patrons pour ne rien nous donner pendant 15 ans mais de toute manière...C'EST DEJA LE CAS !!!  

Vous parlez des avoués pour nous amadouer mais ils ont été supprimés or, pour l'heure, on parle de libéraliser la profession ou de réduire les émoluments.  

S'il s'agit juste de libéraliser, je ne vois pas en quoi les notaires-assitants devraient avoir peur.  

Dans ce secteur complètement archaïque Mme ..., sans famille ou relation et un apport conséquent, point d'espoir d'installation.  

Ah si, il y a le notaire-salarié mais ça aussi c'est une bonne blague.  

Tellement d'études passent encore comme au XIXe siècle du Papa au fiston ou à la fifille (sur ce point au moins, l'égalité des sexes est en marche).  

Entre un espoir d'installation qui, si on n'est pas du milieu ou déjà riche, est de 0,5 %, et la possibilité de tenter sa chance à 100 % et de faire valoir ses compétences, bizarrement je préfère la deuxième option.  

Et puis, chers notaires-assistants, il paraît que certains notaires souhaitent remettre en cause le passage automatique en C1 une fois le DSN obtenu. On manifeste aussi là ?  

Vous dites que concurrencés par les services juridiques nous n'aurons aucune chance et des salaires de misère ?  

Cela suppose que le notariat est un secteur qui paye grassement ses salariés...Vous avez l'air optimiste mais là ça en devient gênant.  

Bon c'est vrai, je ne vois pas trop ce que je gagnerai à aller travailler en banque à part partir à l'heure, avoir un CE, qui sait un intéressement bénéfice, une convention collective appliquée, un Plan Epargne Entreprise, des droits à la formation respectés...  

Donc, je marcherai pour sauver le notariat le jour où :  

·         en période faste on pense à nous, à nos familles et notre travail en nous donnant de vraies augmentations et non des cacahuètes qu'en plus, cons que nous sommes, nous nous empressons de gober à la volée,  

·         les heures supplémentaires seront payées automatiquement comme dans tout secteur professionnel, sans devoir passer pour une voleuse en les réclamant,  

·         les notaires cesseront de verser systématiquement des larmes de crocodiles en fin d'année (ce n'est pas du tout crédible et lassant à la longue) dans le seul but de réduire au maximum les primes à verser.  

·         les notaires recruteront au lieu de maintenir leur personnel sous pression sous prétexte qu'il n'y pas assez d'activité ???!!!  

·         la profession la plus riche de France (désolée mais c'est vrai), daignera partager un peu plus avec leurs salariés le gros gâteau, parce que sans nous il n'y en aurait pas beaucoup du chiffre d'affaires,  

·         certains notaires arrêteront de refuser des dossiers pas assez rentables (là, il est où le service public si souvent évoqué ?),  

·         les associations et rachats d'étude se feront uniquement sur la compétence, comme cela doit l'être au XXIe siècle,  

·         le CSN sera aussi efficace pour défendre les intérêts de sa caste que pour faire sauter des lois aussi stupides que cette loi ALUR qui pourrit notre quotidien à tous.  

Si les notaires avaient été justes (certains le sont mais c'est rare) et n'avaient pas fait tout leur possible pour garder leur pré-carré doré, peut-être que moi aussi je lèverai mon poing (et non « mon point » Mme ... mais s'improviser la Che Guevara du notariat vous demandera quelques bases).  

Bref, que les notaires et leurs conjoints, enfants, cousins, petits-neveux et arrières-tantes veulent manifester c'est tout à fait logique.  

Ça fera une belle sortie en famille.  

Mais si des salariés veulent suivre docilement leurs maîtres et être les cocus de l'histoire, qu'ils aillent se tirer une balle dans le pied tout seul, moi j'aurai piscine.  

Une salariée qui n'ose même pas donner son nom de peur d'être grillée dans la profession, mais à part ça, parlons liberté de manifester et démocratie. »  

 

Et le courrier lui demandant de participer à la « manifestation nationale » :

« Objet : TR: MANIFESTATION NATIONALE DU 5 SEPTEMBRE 2014-PARIS  

La profession et ses salariés subissent en ces jours des menaces sans précédent.  

Il est essentiel que les salariés du Notariat, étudiants en droit, salariés des CRIDON, des Chambres Départementales, et de la Chambre Nationale , de l’UNOFI, de la CRPCEN, s’unissent pour manifester et faire entendre leur voix.
Monsieur le Sénateur GELARD a rendu un rapport suite à la suppression de la profession des Avoués, savoir :
-          Casse sociale pour l’ensemble des salariés des avoués, puisque la quasi-totalité n’a pas retrouvé d’emploi.
La PERTE DU MONOPOLE SERAIT CATASTROPHIQUE POUR TOUS LES MEMBRES DE LA PROFESSION
A ceux qui voient une "opportunité" dans la liberté d'installation
Certains  notaires assistants se disent peut être qu'ils pourront s'installer librement, et qu'ils vivront correctement en recevant 100 actes détarifés par an? Concurrencés par les services juridiques des banques, des cabinets d'assurance, sans compter sur les avocats qui ne manqueront pas de s'ériger en compétents pour recevoir ces actes là, et les 6000 notaires qui devront continuer à vivre et travailler.
Aux salariés du CRIDON, de la CRPCEN, des Chambres de Notaires, ce sera leur disparition pure et simple.
Aux comptables, formalistes, même chose
Quant aux clercs, secrétaires il est évident que tous ne retrouveront pas un emploi.
Il faut agir, aux côtés de nos patrons,  afin que nous ne nous disions pas : « nous n’avons rien fait , nous aurions du… »
-          Aussi, je propose l’organisation d’un grand rassemblement de tous devant l’Hôtel des Finances de Paris Bercy.
LA MANIFESTATION AURA LIEU LE  5 SEPTEMBRE 2014 de 14h à 18h-Place de la République puis nous irons vers BERCY

Il est essentiel que cette information soit diffusée rapidement et efficacement, notre nombre sera notre force.
S... Y...
Office Notarial de Maître Y...
… »
 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by avocats notaires
commenter cet article

commentaires

lavenant 14/06/2016 22:34

Que cela bouge , il faut passer par là , pour voir ce monde qui profite de leur situation et de leurs intérêts en premier et qui se moque totalement bien de leurs clients .

lolo 26/02/2016 23:09

Quel dommage que cette profession ne se soit pas réformée d'elle même ! Il faut dire que l'épée de Damoclès était omniprésente depuis les avis de la Commission européenne et les décisions de la CJUE. Les haros n'ont, cependant, pas provoqué de réactions.... Il s'ensuit une réforme ébauchée dans la hâte et violente. Effectivement, diplômée Notaire depuis plusieurs années, je n'ai pu que déplorer les postures réactionnaires de certaines de nos instances, et le népotisme ambiant. Investie dans un métier passionnant, j'ai vu mes amis et moi-même gagnés par une lassitude, alimentée par de perpétuelles promesses d'augmentation, ou de nomination en tant que Notaire salariée, entrecoupées de crises de confiance. Tout cela jusqu'à perdre tout épanouissement, et souhaiter, presque, changer de voir. Cette frustration est vécue par de nombreux collaborateurs, pourtant animés des meilleures intentions. Alors que vive la loi Macron ! C'est notre première vraie ouverture...

BOUDU 30/09/2014 23:03

A l'auteur de l'"humble avis"...cher collègue :
La piscine, c'est très bon pour la santé et surtout pour se détendre, continue ainsi.
Cependant, ouvre les yeux, des cons, il y en a partout, et crois moi, j'en ai fait les frais !!!
Ne sois pas aigri pour autant. Si tu n'es pas bien là où tu es, attrape ton courage à deux mains et bouge avant de craquer pour de bon ! Les salariés (je suis salariée, je précise) ont trop souvent
tendance à se plaindre sans avoir l'audace de poser clairement les limites à leurs patrons. C'est sûr, surtout quand on n'est pas seul, il est dur de prendre une telle initiative, mais au bout d'un
moment, se soulager sur un blog ne peut plus suffire... Les (bons) rédacteurs sont la richesse d'une étude : NE PAS OUBLIER ! Il faut se reprendre en main avant de cracher sur toute la profession :
tous les notaires ne sont pas des pourris et des fils ou fifilles à Papa. Je n'ai d'ailleurs jamais eu d'employeur provenant d'un milieu très aisé. Je trouve idiot d'alimenter ces idées
préconçues.
En campagne, pour le nombre d'heures effectuées, le notaire n'est pas forcément très rémunéré et a la même prise de risque qu'un autre. C'est le maillage qu'il faut revoir. Dans les grandes
agglomérations, bien trop de notaires reçoivent une quantité astronomique d'actes à l'année compte-tenu de leur nombre...à bon entendeur. Il est sûr que certains sont carrément mégalomanes mais il
y a des gens formidables qui sont descendus dans la rue pour les bonnes raisons.
Ce sont ceux-là qu'il faut soutenir : ne tapons pas avec la hache sur notre propre barque.
Allez, bon courage !

sans importance 17/09/2014 19:30

Un peu de dignité dans vos propos, auteur du dernier "post" ne nuirait sans doute pas à l'apaisement général . J'ose espérer toutefois qu'il ne s'agit que d'une provocation irréfléchie. Vous
détenez une partie du pouvoir que l'Etat a bien voulu vous conférer. Il faut savoir en être à la hauteur. On ne peut être garant du service public et et ne vouloir qu' "encaisser".
Les commentaires que je lis depuis quelques jours m'attristent car traduisent une grande souffrance et un sentiment d'injustice. Tout ceci et me laisse à penser que les notions "d'entreprise" et de
"collaboration" sont désormais absentes de trop nombreuses Etudes . Un constat doit être fait.
Le notariat semble avoir de bien profondes réformes internes à effectuer . J'espère que cette profession en aura encore le temps. Rendre un service de qualité au public n'était il pas notre
objectif prioritaire?

q1port 17/09/2014 16:18

Bonjour chers collabo(rateurs).
36 ans, mes parents ouvriers, 1 800 000€ d’investissement, 7 salariés, 85 heures de travail par semaine, 40 000€ de revenu mensuel, déduisez l’investissement à rembourser, les charges, les impôts,
mutuelles... Je prends les risques, j’encaisse… Arrêtez de pleurer ou allez voir ailleurs si c’est mieux, on embauche dans les usines….Juste une petite chose, si cette réforme devait être mise en
place, c’est de 8 à 10 000 collaborateurs dont nous devrions nous séparer. Pensez-y
Maître Q1PORT

SAUVAGE 03/08/2016 10:56

On ne va pas pleurer pour vous CHER MAITRE.
Pour mon cas : 7 ans d'études pour 2200 € nets, c'est purement scandaleux, vu la quantité et la qualité du travail que je fourni.
Mes patrons ne savent même pas ouvrir GENAPI ! Ni OUTLOOK !! Et encore moins dérouler un acte.
On se fout de notre gueule depuis longtemps dans ce métier.

DUPUIS 17/09/2014 16:10

Bonjour,

Merci d'avoir publié la lettre HUMBLE AVIS qui est parfaitement juste de la réalité de ce secteur professionnel. Il faudrait, en effet, la communiquer à la presse pour large diffusion.
Si vous voulez bien, il serait judicieux également d'interroger les notaires sur le nombre d'erreurs commises dans les dossiers qui leur sont confiés. En effet, vu le nombre de dossiers attribué à
chaque collaborateur et la pression de rentabilité exercée sur eux pour signer au plus vite (rapport d'honoraires), ils n'ont pas d'autre choix que d'effectuer un temps de travail considérable,
d'où source d'erreurs.
Interrogez le public sur le service et la qualité des actes apportés par les Etudes.
Moi, Mercredi 17 Septembre 2014, j'aurai donc aussi piscine.
Bien cordialement.

lavenant 14/06/2016 22:40

notariat doit évoluer.

lucidité 17/09/2014 14:58

Que de vérité et de lucidité dans ce message. Quelle ignorance pour les salariés du notariat qui manifeste aujourd'hui !!! vous avez raison, soutenez les notaires et l'année prochaine, on réussira
peut-être à obtenir une augmentation du point !!! après de fortes négociations, on obtiendra peut-être 0,1 % ... QUEL EFFORT POUR LEURS SALARIES !!

Calme 17/09/2014 11:35

@Colère,
Vous soulever sans vous en rendre compte le problème du notariat : quand on est issu d’un milieu social modeste, il faut se bouger au-delà du raisonnable, sacrifier sa famille, sacrifier sa vie
privée pour parvenir à s’installer et ce, sans aucune certitude.
Cerise sur le gâteau, si on y parvient, aux moindres difficultés économiques – et nous n’avons pas fini d’en traverser – notre situation financière personnelle peut très vite dégénérer et nous
conduire à nous retrouver dans une situation inconfortable.
La liberté d’installation permettrait de résoudre ces difficultés, sans détruire les emplois. Ce qui ne serait pas le cas, je vous l’accorde, en cas de disparition des monopoles.
C’est pourquoi que le notariat doit évoluer.

colère 17/09/2014 09:24

J'éprouve quand même un sentiment de rancœur et d'arrogance à la lecture de votre message. Je ne suis pas notaire, mais c'est le cas de mon père. Issu d'une famille de 6 enfants de parents ouvriers
agricoles, je peux vous jurer qu'ils s'est bien bouger pour finir par s'installer! Dans la vie on a rien sans rien, mon père s'est sacrifié pour obtenir ce qu'il a toujours rêvé avoir: son étude!
Le notariat demande de grand sacrifice sur sa vie privée! Mon père fait du 12heures par jour...
Puis est venue la crise que l'on connait, il ne se paye plus depuis des mois pour assurer un salaires à ses employés! Alors oui peut être que certains notaires sont dans l'abus, mais inutile de
faire des amalgames.
De plus vous dites que vous vous foutez du CA, donc vous vous foutez de la sauvegarde de votre emploi non?
Quelle tristesse vraiment....

Bibifricotin 15/09/2014 01:32

Bonsoir,
Après plus de 30 ans dans le notariat
Et étant notaire salarié mon avis est
Que les notaires sont allés trop loin dans
La défense de leurs propres intérêts et que
Cette situation se retourne contre le notariat
Tout entier. Ils ont défendu le numerus clausus
En interdisant ainsi l'accès à la profession d'un
Nombre très (trop) important de diplômes notaires.
Aujourd'hui ils laissent sur le carreau bon nombre
De salariés obliges de se reconvertir après licenciement
Pseudo-économique. Il est très
Injuste de dire 'si vous n'appréciez plus la profession
Quittez la' cela témoigne de l'état d'esprits de la grande
Majorité des notaires qui ne méritent plus le statut d'officier
Public, ni les avantages qu'ils en retirent. Le diplôme de
Notaire nécessité au minimum 8 ans de formation pour
Aboutir dans une impasse . Le statut de notaire salarié
A été créé pour augmenter le nombre de notaires tout en
Les maintenant sous l'emprise de leurs patrons associes.
Dans ces conditions la réforme annoncée ne peut être
Qu'un bol d'air frais, et puis tempis si nous nous retrouvons
En concurrence avec les avocats (qui sont bien entendu
A l'origine de ce projet) c'est à ce moment la qu'on pourra
Vraiment apprécier les compétences de chacun.
P.C.H.

DESLANDES 14/09/2014 11:11

Juste une question : n'est-ce pas le propre du salarié d'être sous-payé quelle que soit la profession pour laquelle il travaille ?

Boucry 08/09/2014 13:16

La menace de licenciement comme intimidation .....
En 2013, j'ai informé par courrier recommandé le CSN des manoeuvres d'une Chambre de Notaire pour licencier TOUT les collaborateurs d'une etude, et s'arranger qu'ils ne retrouvent plus de travail
dans le notariat, le CSN avait honnetement convenu que c'était "degueulasse" mais c'est empressé de dire que cela n'était pas de sa competence.
Aujourd'hui, l'entendre dire sauver l'emploi (quel blague!!!) à mon tour je dit au CSN que cette manifestation 'n'est pas de ma competence" et de se souvenir des employés de cette étude viré comme
des malpropres sans qu'ils ne levent le petit doigt

une mère de notaire salarié 08/09/2014 11:33

Pourquoi ne pas envoyer cet article" L'humble avis d'une salariée de notaire" à la presse écrite et aux journaux télévisés avant la manifestation...

désespérée 07/09/2014 12:33

Merci pour votre commentaire.
Nous sommes nombreux à arriver dans cette profession motivés et prêts à s'investir, au prix de sacrifices personnels. Cependant, après des années de pratique, force est de constater que nous sommes
quasiment tous en situation d'épuisement professionnel et tristement malheureux de notre vie professionnelle. Les employés du notariat subissent des pressions qui sont, à la longue, insupportables.
Il s'agit d'une réalité que nous partageons.
Je ne peux qu'approuver l'"humble avis" posté.

GAREL 07/09/2014 12:16

Je comprends le désarroi de ce jeune notaire, récemment installé. Il y a parmi vous des gens honnêtes qui traitent bien leurs "collaborateurs". Ma fille en a rencontré un pendant son stage de
Master 2. Lui non plus ne se versait pas de salaire, car la crise était là. Il a gardé toutes ses collaboratrices, présentés dans cette étude depuis des années et toutes satisfaites de leur patron.
Donc sur trois études ma fille en a croisé un digne d'être un patron. Pour moi 33 pour cent des notaires apprécient leurs collaborateurs et peuvent compter sur eux.

notaire récemment installé 07/09/2014 11:20

Je suis notaire installé depuis quelques années seulement.
On entend, on lit, par ci et par là, que :
- les notaires ne pensent qu'à se remplir les poches, sans aucun égard pour leurs collaborateurs,
- le projet d'abandon du service public notarial actuel ne serait pas si dramatique pour le personnel contrairement aux notaires installés,
- la situation future permettrait d'obtenir des rémunérations peut-être égales, voire supérieures chez les avocats,
.... ça me fait bondir ....
Non les notaires ne sont pas tous des "sales patrons" qui se désintéressent de leurs collaborateurs, de leurs conditions de vie et de travail.
Les notaires sont avant tout des chefs de (petites) entreprises : il faut garder en tête que les charges de fonctionnement (notamment en outils de travail : logiciels, matériels informatiques et
d'impression, cotisations d'assurance responsabilité, loyers ...) sont conséquentes et récurrentes, que l'activité soit florissante ou moribonde, les charges sont à régler, mois après mois ...
Les crises ont frappé mon étude de plein fouet : nous avons dû nous séparer d'anciens collègues de travail ; ça a été un traumatisme en 2009 pour mes associés et moi, de procéder à ces mesures.
Nous ne l'avons pas fait pour préserver nos marges mais pour conserver une structure viable alors que le nombre des actes vente avait chuté en flèche.
Depuis un an, à nouveau, nous avons ressenti une diminution du chiffre d'affaires. Il n'y a pas de mystère : pas d'acte = pas d'honoraire = pas de bénéfice. Je rappelle que le statut (protecteur
des usagers) ne permet pas à une SCP d'être en perte par crainte que le fonctionnement courant de l'étude se fasse au détriment des fonds clients.
Pendant 9 mois, nous avons réduit notre rémunération au point que nos prêts professionnels et nos impôts n'étaient pas couverts ; c'est-à-dire que pendant 9 mois, notre travail (50 h par semaine en
moyenne) n'a pas été rémunéré.
Nous avons demandé aux salariés un effort pour éviter les licenciements : un départ à la retraite non remplacé, un CDD non renouvelé, 1 heure par jour de chômage partiel (indemnisé soit une perte
de 50 € par mois par salarié).
Demain, si les actes de vente et du droit de la famille (donations, régimes matrimoniaux, successions) sont ouverts, notamment, aux avocats, cela signifie 5 fois plus de professionnels compétents
pour les rédiger qu'aujourd'hui (exemple de mon département).
Il ne faut pas se leurrer : le "gâteau" (comme on l'imagine en rêvant) de demain ne sera pas plus gros qu'aujourd'hui. Il se partagera simplement entre 6 fois plus de personnes.
Pensez-vous que l'activité actuelle le permet ?
A Paris et dans certains secteurs, peut-être. Pas en Province .....
Pensez-vous que cela se fera sans conséquence sur l'emploi dans les études, le régime spécial de sécurité sociale et de retraite de la Caisse des Clercs (plutôt correct, car alimenté par un
pourcentage des honoraires ...), la mutuelle .... ?
Soyons honnête : le notariat devra se réformer, s'ouvrir (plus d'associés, de notaires salariés) mais surtout apprendre à partager le fameux "gâteau" avec ses clercs ... mais encore faut-il qu'il
survive à cette réforme !
Si le notariat actuel disparaît, notaires et employés en pâtiront ...
Soyons solidaires et unissons nous pour communiquer auprès de la clientèle et de nos proches pour expliquer les dangers de la réforme ... elle conduira nécessairement, dans un secteur devenu
concurrentiel à outrance (vous prenez combien pour un contrat de mariage ? une vente ? une succession ?), à refuser les consultations gratuites, les "petits" actes (aujourd'hui rédigés à perte),
les rdv de mise au point .... ce sera la course à la rentabilité à tout prix afin que le professionnel survive ... nous basculerons dans le commerce, pur et dur.
Est-ce là un progrès pour les employés, les clients, la société en général ?
Ce n'est pas une rente qu'il s'agit de sauver, mais un système juridique qui fonctionne plutôt bien ... avec un faible taux de contentieux et un bon retour de satisfaction clientèle ...
A méditer ...

BERLIOZ 06/09/2014 21:42

je suis notaire assistant depuis 20 ans et je ne me suis pas installé faute d'argent et du fait du dégout de nos chers patrons envers leurs collaborateurs Depuis le séisme qui menace de s'abattre
sur eux, ils se souviennent qu'ils ont des collaborateurs et leur demandent de rester non à leurs cotés mais derrière eux pour les soutenir, invoquant même la menace de licenciements comme arme
persuasive. En ce qui me concerne devant encore travailler environ 6 ans avant la retraite, je pense que cette réforme pourrait être une opportunité pour quitter le notariat et aider d'autres
professionnels du droit dans leur parcours initiatique

Arnaud 06/09/2014 21:23

Il est vraiment dommage que la france entière souffre niveau salaire.
Je ne vois pas bien ce que la surive des notaires ou non changera. Même les avocats prennent des avocats collaborateurs qui sont soumis à différentes taxes étouffantes des travailleurs
indépendants, plutôt que de payer des salaires... en contradiction totale avec le droit du travail, car dans le fonds, le lien de subordination est évident...

Pour divertir un peu les lecteurs face à la monotonies des sujets actuels, je me dit que personne de parle de la compétence exclusive de la plaidoirie chez les avocats ???
Moi je dis qu'il faudrait ouvrir cette faculté à tous les licenciés en droits. en giron 1.000.000 de personnes?

Ca vous parait bien ? Ca ferait une saine concurrence...

GAREL 06/09/2014 16:56

Maman d'une diplômée notaire, j'ai vécu au quotidien la souffrance de ma fille dans l'étude où elle est depuis 4 ans.( c'était pire dans la précédente: salaire inférieur à la convention, se faisait
traiter de blonde -ce qu'elle est d'incompétents près qu'au quotidien - elle comme les autres salariés, et bien d'autres choses encore, mais ce serait trop long. Dans l'étude où elle est, tout
allait bien, juste bien, tant qu'elle n'avait pas validé ses quatre semestres, et puis cela s' est dégradé jusqu'au Burn - out, tellement elle était dévalorisée au quotidien. Arret de travail de 6
semaines, antidépresseurs dont elle ne peut se passer, suivi par un professionnel... soulagement ce mois juillet, elle démissionné pour partir ailleurs et bizarrement elle va beaucoup mieux. Elle a
retrouvé s'abonne humeur, son estime d'elle même et pourtant elle va gagner 500 euros de moins par mois pour l'instant.. Toute la famille respire avec elle. Seul bémol, elle souhaite que pour ses
collegues cela se passe bien. Elle sait d'avance que, comme en 2008, ce sont eux qui seront en difficulté.

J Sei 06/09/2014 15:11

Bonjour et merci de ces commentaires plutôt ..... orientés.
Je ne suis ni Notaire, ni employé de Notaire, plutôt vers le privé à l'international.
Je trouve votre approche pour le moins choquante, en tout cas, une touche arrogante, probablement typiquement française.
Mon bon conseil, si je peux me permettre, est pour vous de quitter le notariat au plus vite.
On peut se demander pourquoi vous insistez dans cette profession dont vous semblez détester les acteurs. Par acteurs, j'entends, bien sûr, les fameux patrons mais aussi les dizaines de salariés
dont vous faites partie: vos arguments ne servent qu'à porter l'opprobre sur cette profession qui est mise à mal par un gouvernement dont on peut mesurer jour après jour l'inefficacité et le manque
de connaissance du terrain: la porte est ouverte aux avocats et autres juges pour traiter des affaires dont, jusqu'aujourd'hui'hui, les Notaires garantissaient l'intégrité.
A partir de maintenant, si cette réforme subite se réalise, les tribunaux vont se mettre à tourner à pleins fourneaux, pour le plus grand bonheur des professions juridiques, dont la plupart
d'ailleurs travaillent sur une base de tarifs HORAIRES NON RÉGLEMENTÉS, y compris pour de simples consultations qui sont gratuites chez le Notaire, quelque que soit leur nombre et leur durée: à
votre avis, à la baisse dans les prochaines années???
Encore une fois, pour peu que vous ayez le courage d'aller jusqu'au bout de vos arguments, quittez le Notariat sans attendre.
Il a besoin de gens compétents, motivés.
Un grand merci à vous

notaire stagiaire 06/09/2014 14:48

Bonjour,

Je partage l'avis de SARCELLE; liberté d'installation ne signifiera pas travail pour tout le monde, si la réforme est votée telle qu'elle. Nous collaborateurs seront les premiers à supporter les
conséquences d'une telle réforme, et cela, personne ne pourra le nier. Alors certes, manifester c'est peut être indirectement soutenir nos patrons, mais c'est directement lutter pour le maintien de
nos emplois! Je parle bien ici de considérations personnelles, mais le problème est aussi ailleurs.

Le gouvernement souhaite déréglementer à l'heure où les français ont justement besoin de sécurité, de systèmes organisés, de professionnels compétents qui réalisent un travail sûr. Revoir la
tarification est une chose, mais permettre à n'importe quel professionnel de dresser les actes qui relèvent de la compétence du notaire, c'est tout simplement renoncer à la qualité du service
rendu.
C'est pourtant bien l'idée du gouvernement de consommer moins mais mieux?

Les notaires devront faire des concessions sur la tarification des actes; le tout est de maintenir notre monopole sur l'accomplissement des actes publiés au service de la publicité foncière. Il me
semble que ce point est le cœur du problème. Si cela était maintenu, la question de la liberté d'installation pourrait alors être mise sur la table.

Il ne s'agit pas de tout rejeter en bloc, mais de réfléchir à l'évolution de notre profession. Je suis en fin de DSN, huit ans d'études... tout ça pour quoi si un avocat ou banquier lambda a la
possibilité de réaliser les mêmes actes que le notaire?

Nous devons protéger notre profession et ne pas la laisser au monde de la finance (l'ennemi de notre président?).

A.C 06/09/2014 13:08

Diplômée notaire depuis moins de 1 an, poussée à bout par des patrons qui trouvent que je coute trop cher depuis que j'ai eu mon diplôme... j'ai démissionnée de mon étude mais également de ce
milieu ...

Les notaires ne pensent qu'à une seule chose : se défendre EUX !!

A quand des notaires dans la rue pour manifester en faveur de leurs salariés malmenés, exploités, mal payés ????

Le notaire rend un service au public (soit disant) mais certainement pas à ses salariés...

Crise ou pas, tout est pour leur pomme !!!

Une notaire assistante dégoutée du notariat.

sarcelle 06/09/2014 06:34

Je suis très triste de lire les commentaires des divers notaires assistants : vous êtes loin de vous douter de ce qu'il va vous arriver, vous allez vous installer dans une agglomération, très bien!
mais à court terme, les notaires en place vous livreront une bataille sans merci, à moyen terme, vous serez confrontés aux avocats (eh oui, ils ont déjà pris des contacts selon mes sources) et à
long terme, ce seront les banques entrées dans le capital des SEL qui vont étouffer le marché immobilier (n'oubliez pas que foncia est déjà la propriété d'une banque) : désolée mais votre rêve de
s'installer n'est que pure utopie...
Tout le système (qui somme toute fonctionne plutôt bien) va s'effondrer nous serons au chomage et vous vivoterez...
Un client rentrera dans une étude (S.E.L.) et il en ressortira avec le complet : comptable, banque, assurance, avocat et notaire. Bref, à vous les miettes...
Quant à la manifestation : que je sache, elle se fait sur les heures de travail, non?
Allez, continuez à rêver! Il ne reste plus que cela dans notre pays...

Riecoy 05/09/2014 23:59

J'ai compris après quinze années de notariat que la profession n' a pas une grande experience de la grève, moi même non plus à part des manif quand j' étais étudiante mais il me semblait que le
droit de grève est un droit personnel et ne peut nous être imposé...
Alors que penser de cette lettre transmise par un président de chambre qui déclare je cite "tous les notaires et collaborateurs,sans exception (en gras et souligné dans texte"qui ne seront pas
présents à Paris devront se rendre à la Prefecture..."
oui vous avez bien lu "sans exception" et "devront"...
et j'ajoute qu' une feuille était jointe sur laquelle nous devons inscrire le nom des collaborateurs qui seront présents, feuille à la libre lecture et à l' appréciation de nos Employeurs et de la
Chambre
où est notre liberté de droit de grève quand des obligations et des listes circulent ainsi fichant les grévistes et surtout ...les non grévistes
Je dis bravo , bravo vous notaires qui mettez en avant vos compétences juridiques mais qui bafouez ainsi les droits de vos employés..il ne vous suffisait donc pas de piétiner la convention
collective, de jouer les victimes sans argent pour refuser la négociation d'une augmentation du point..
que le combat soit soit juste ou non laissez nous au moins le choix du combat et ce sans nous ficher !
et attention peut-être prendrons nous goût au combat, mais le combat contre vos agissements contre vos collaborateurs!

ARSAC 05/09/2014 22:41

STOP à la polémique.....
Analyse d'une salariée en colère qui selon moi ne réalise pas l'impact d'une telle réaction dans le contexte actuel. Est-il vraiment l'heure de régler nos comptes avec un patronat qui pendant tant
d'années à fonctionné sur un modèle non contesté ? J'en doute .... L'urgence est de défendre notre activité professionnelle qui par de telles réactions visant à diviser, risque de faire ECHOUER
définitivement notre corporation, nous privant des maigres avantages qu'est une couverture sociale et une caisse de retraite indépendante. Employée depuis 14 ans au plus petit poste d'un office
notarial (standardiste) je défilerai le 17 septembre prochain soucieuse de l'avenir d'une "MAGNIFIQUE PROFESSION". Par un tel acte, je souhaite prouver à nos patrons que sans nos "petites mains" le
système ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui et gagner ainsi la considération que nous méritons TOUS (quel que soit le poste occupé......)
Quant au manque de reconnaissance abordé par notre inspirée ANONYME je ne saurais que lui recommander la chose suivante "en faire état à ses employeurs" qui avant d'être des notaires sont avant
tout des humains....
Cordialement
Lucile Avon

Notaire assitant 63 05/09/2014 19:34

Bonsoir,
Bravo pour cet "humble avis" !
J'ai même eu l'impression de l'avoir écrit tant je me suis reconnue dans tout ce qui y est dit.

Ce que nous demandent nos patrons, ce n'est pas de défendre le notariat mais les notaires !
Et sans que cela soit dit : bien sûr et surtout leur rémunération.
Sans doute si ils avaient su (voulu ?) nous associer plus tôt et mieux à leur entreprise, nous les aurions soutenus.
Mais ce combat n'est pas le notre.
Allez Messieurs et Mesdames les notaires, allez manifester avec vos petits moutons terrorisés ! Ca sera sûrement la première fois de votre vie...
Mais ne nous demandez pas de soutenir une démarche politique qui n'est pas la notre.
Et faites quand même attention au jet de tomates. Certains pourraient voir dans votre manifestation quelque chose d'indécent.

clerc de notaire 05/09/2014 18:02

Je ne partage pas du tout votre point de vue. Moi aussi je trime tous les jours, je fais des semaines de 50 heures (non payées à partir de 35 bien sûre) et pourtant, j'irai manifester le 17. Pas
pour soutenir mon patron, mais pour soutenir un système qui me paraît juste (les gros actes compensent les petits, qui n'a jamais passé plus de temps sur une vente de garage dans une copro à 10.000
euros qu'à rédiger une vente de maison à 400.000), pour les clients, pour la sécurité juridique et contre les méthodes de notre gouvernement (pas de concertation, pas de débat alors que notre cher
Président vient de chuter à 13%). Et quant aux diplomés notaires, dans mon étude, ils sont lucides, en ouvrant la rédaction aux avocats, même s'ils peuvent s'installer librement, ils ne pourront
pas survivre (s'installer nécessite d'investir: locaux, matériels...etc). Le gateau ne sera pas plus gros, il sera juste partagé en de trop nombreuses petites parts pour que l'activité de notaire
telle qu'elle existe aujourd'hui reste viable économiquement. Seuls les avocats pourront y voir un intérêt, ils garderont leur activité principal et rédiger des actes leur fera un revenu
complémentaire. La profession doit être réformée mais pas de cette manière. Il faudrait instaurer pour un certain seuil de chiffre d'affaire, un certain nombre de notaires associés minimum,
favoriser la création d'office dans les villes nouvelles (20 études crées chaque année c'est trop peu). Réveillez vous et faites la part des choses !

Diplômé notaire 05/09/2014 17:03

SARCELLE,
Selon moi, la liberté d'installation des diplômés notaires ne menacerait aucunement la survie du notariat. Bien au contraire, l'augmentation des membres permettrait de promouvoir l'activité
notariale.
En revanche, si l'ouverture à d'autres professions du droit de certains pans d'activité était confirmée, la pérennité du notariat à moyen ou long terme serait menacée.
Pour ma part, je ne suis pas contre l'idée d'aller manifester pour soutenir le notariat - même si je doute que ce soit une façon digne de procéder quand on est officier public - mais à l'unique
condition que les instances professionnelles acceptent et soutiennent la liberté d'installation.
Enfin, s’agissant de votre première question, j'envisage de m'installer dans la ville dans laquelle je suis né, où j'ai passé toute mon enfance, où vit ma famille, où sont scolarisés mes enfants,
etc…, qui se trouve être une ville d'environ 30000 habitants.

sarcelle 05/09/2014 16:03

En réponse à la réaction suivant la mienne, je voudrai bien savoir où vous comptez vous installer?
Certainement pas en zone rurale ou il n'y a que de petits actes à faire : le numérus clausus permet le maillage du territoire.
Bien évidemment, comme tout système, il y ceux qui en profitent à savoir les notaires des grandes agglomérations mais à ce moment là ce n'est pas qu'une profession qu'il faut réformer.
Pourquoi tout simplement ne pas contraindre la profession à faire nombre d'accueils dans les zones où les notaires ont des rémunérations dépassant une certaine mesure tout en conservant nos
notaires de campagnes (et leurs collaborateurs!!!!).
En fait, je pense à l'inverse de ce que vous écrivez que toutes les personnes étant pour cette réforme sont justement celles qui ne pensent qu'à elles (réfléchissez y bien) ou qui ne voient pas
plus loin que le bout de leur nez car le système fonctionne en emploie moultes salariés.
Dans mon étude, j'entrevois une suppression de 50% des postes au profit de ceux ayant les moyens et les compétences de s'installer : pensez vous à ceux qui n'ont pas les qualifications?

jean 05/09/2014 12:59

Les employes et collaborateurd sont une variable d'ajustement pour vos patrons ne vous meprenez pas ils se sont pas genes pour en virer 10% pendant la crise de 2008 et la ils ont besoin de vous
pour sauver leur peau voila tout.

camille 05/09/2014 11:54

bonjour,

je viens de lire votre commentaire et les commentaires en réponses, et je suis outrée, vraiment, vous semblez plutôt partie en vendetta contre votre patron, votre réflexion me semble bien
personnelle.
ici le problème n'est pas de fustiger le méchant patron, en bon gauchiste que vous semblez être, mais la remise en question de tout un système juridique. vous semblez faire passer votre intérêt
personnel, avant l'intérêt de tous et je ne comprend pas ce point de vue.
le notariat est un système privilégié, tant pour les patrons que pour les employés, je pense que la grille des salaires est quand même confortable au regard de certaines professions, et notamment
les juristes lambda qui travaillent dans des services juridiques de grand groupe, les jeunes avocats salariés qui espèrent un jour être associés.... et j'en passe.
vous ne vous rendez pas compte de la chance que vous avez, et en plus vous êtes en train de scier la branche sur laquelle vous êtes assise... c'est consternant.
pour info, je suis clerc de notaire, et j'ai eu moi aussi des patrons disons le "très con", mais tous les notaires ne sont pas comme ca, il ne tient qu'à vous de changer de métier si celui-ci vous
rebute tant. je crois qu'ils recrutent dans les mairies, un petit poste à l'état civil devrait vous convenir parfaitement, et à 17 heures vous serez chez vous!!
pas de panique de toute façon dans un mois vous serez sans doute licenciée, car votre patron aura tout perdu lui..........
continuez à faire l'autruche tout va bien
une clerc outrée

Marion L 05/09/2014 10:46

Bonjour,

Je souhaite remercier et applaudir ce témoignage criant de vérités! Je suis moi-même notaire assistant, au chômage de surcroit. J'ai une clientèle prête à me confier la signature de ses actes mes à
défaut de pouvoir m'installer librement et percevoir les fruits de mon travail, je coûte à Pôle emploi et à tous les contribuables français plus de 3000 € par mois... Défendre le système des
professions réglementés revient donc à privilégier les intérêts d'une minorités de privilégiés au détriment du contribuable et de l'état français!!!
Par ailleurs, s'il est besoin de le rappeler, il s'agit d'une question hautement républicaine attrait à l'égalité des chances et à la liberté d'entreprendre.

sarcelle 05/09/2014 06:35

bravo pour votre message!
Juste une question : pourquoi ne pas quitter cette profession où vous semblez être sous payée, sous pression et dans laquelle les rapports avec votre patron sont empreints de non dits...
Pour ma part, mon patron (étude rurale) a pris le temps de nous expliquer l'impact de la réforme à savoir que sans limitation du nombre, la réception des actes se fera avec un professionnel et
éventuellement une secrétaire comme bon nombre de cabinets d'avocats aujourd'hui donc nous continuerons à être encore plus sous payés mais je ne m'adresse là qu'à ceux qui retrouveront du
travail...
Ne nous trompons pas, il y aura plus de personnes habilitées à recevoir les actes authentiques mais combiens de secrétaires, clercs et autres vont pointer aux assedics car dans l'incapacité de
s'installer (locaux, assurances obligatoires, matériel...) au simple motif qu'il n'y aura pas besoin de faire beaucoup d'actes pour trouver l'équilibre économique.
Par ailleurs que croyez vous qui nous attende? A court terme, la dénonciation de la convention collective et une nouvelle perte d'acquis, le licenciement de nombre de collaborateurs : je suis
lucide, mon salaire, même s'il n'est pas la panacée, fait vivre mon foyer et j'ai un travail dans une région où il est difficile d'en trouver alors je ne fais pas de risettes à mon patron pour le
tacler anonymement sur internet : même s'il est loin d'être parfait, je lui dis merci et j'irai manifester pour le maintien du statut dans l'intérêt non pas seulement des notaires mais de nombre
des collaborateurs dont je fais partie.

Fred 05/09/2014 00:08

Oui effectivement "pas très clerc" un peu de remise en cause et surtout une bonne dose d'humilité serait nécessaire à ce Monsieur.

Bref, ces propos ont le mérite de susciter vos réactions et c'est cela qui compte.

Ne restez pas dans l'immobilisme surtout dans une période décisive comme celle que nous connaissons actuellement.

Par suite, je vous invite à écrire à nos députés et notamment ceux de la majorité en relatant les inégalités (revenus) et privilèges (numerus clausus) que nous connaissons tous.

Il est important que nos députés soutiennent le gouvernement dans sa démarche actuelle.

Mobilisez également sur le web (forum,twitter,facebook,..)

Je vous remercie d'avance de vos actions.

Bien à vous.

Fred

Salariée 04/09/2014 22:09

Merci pour votre témoignage, je rejoins complètement votre point de vue, je vis malheureusement le même quotidien que vous...je suis personnellement dégoûtée par la profession.
Certains messages de mes patrons me font doucement rire : "cette réforme nous concerne tous", "vos emplois sont en jeu"...alors que leur unique intérêt est de conserver le monopole et surtout ne
pas partager le gâteau.

pas tres clerc 04/09/2014 21:39

bravo et merci. quel plaisir de lire ce que l'on pense tous...
monsieur le patron qui a fait son petit commentaire sur la reussite sociale... UN PEU DE REMISE EN CAUSE! A votre avis, pourquoi les pires analyses viennent des salariés du notariat?

Palex 04/09/2014 19:27

Merci pour cette lettre pleine de justesse et d'humour. Les notaires assistants ne sont pas organisés et ne seront pas entendus mais il est réconfortant de constater que nous vivons tous le même
quotidien.

RPG 04/09/2014 11:13

Votre constat n'est pas totalement faux et je peu comprendre votre amertume cependant la différence c'est que moi quand j'étais clerc, j'ai parfois aussi bossé pour des C... mais que je ne suis pas
resté à me lamenter sur mon sort


des amis "non issus du sérail" on pourtant trouvé des associations , évidemment ils se sont beaucoup investi, étaient de bons juristes, avaient un bon contact auprès de la clientèle........


et sinon il reste la solution du concours..... mais évidemment il faut un peu de volonté et un bon niveau pour ça....

moi je l'ai eu....et je ne suis Ni pistonné, Ni fils de bourge, et un ami l'a aussi eu tout pareil..... comme la plupart des gens qui ont ce concours d'ailleurs...


évidement ceux qui arrivent en bas de classement vous diront que c'est joué d'avance....

le problème c'est peut être qu'il faudrait que les universités arrêtent de brader les diplômes.....y compris les diplômes de notaires.....


tous le monde connait des docteurs en droits qui ont un niveau juridique de M.....

au lieu de pleurnicher sur votre sort retroussez vos manches...mais visiblement si votre seule ambition est de partir du boulot à 16H00 effectivement allez bosser en banque...


Pour raisonner par image, ....:

je ne suis ni hyper muscle ni spécialement top model mais ce n'est pas pour autant que je vais dire qu'il faut mettre les gens qui le sont au goulag..... vous vraisemblablement si..... au lieu de
jalouser faites des efforts sur vous même

jp 03/09/2014 22:39

Bravo ! je vous approuve totalement, étant dans la même situation. Vous aurez certainement beaucoup de critique, insultes, voire menaces de mort (professionnelle...quoique l'anonymat est bien
préservé), mais beaucoup de personnes vous approuveront !

notairette 03/09/2014 16:24

Un grand merci pour ces vérités car c'est sûrement une des dernières professions qui peut se permettre de ne pas respecter le droit du travail. Surtout les heures supp. non payées qui empiètent sur
la vie privée. Mais que les notaires se méfient, car à l'occasion de cette manif folklorique, il pourrait bien y avoir un grand déballage médiatique...