Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2016 5 11 /03 /mars /2016 10:20
BLOCKCHAIN : LA TECHNOLOGIE DE CERTIFICATION QUI MENACE LES NOTAIRES

Une émission de France Info du 7 mars à fait le point sur la technologie de certification Blockchain.

Extraits :

"Blockchain : la révolution technologique qui va bousculer les institutions

NOUVEAU MONDE par Jérôme Colombain

La BlockChain, une sorte de grand registre virtuel dans lequel sont stockées toutes les transactions.

Imaginez une technologie capable de remplacer les banques, les notaires et tout ce qui nécessite une authentification… Cela existe et cela porte un nom : la « blockchain ». Les spécialistes parlent d’une véritable révolution !

C’est "la" nouvelle technologie de rupture. Une vraie "disruption", pour employer un mot à la mode. La BlockChain (littéralement "chaîne de blocs") est un processus informatique qui permet d’authentifier à 100% n’importe quelle transaction (échange d’argent, un transfert d’information confidentielle, etc.). Par exemple : pour faire un achat en ligne, plus besoin de passer par un intermédiaire financier qui certifie que vous avez de l’argent sur votre compte, la blockchain s’en charge. Cela permet à des personnes qui ne se connaissent pas de faire des transactions sécurisées sans intermédiaire.

Comment ça marche ?

La BlockChain est souvent présentée comme une sorte de grand registre virtuel dans lequel sont stockées toutes les transactions. Les données sont chiffrées. Chaque fois que l’on fait une opération, cela crée un petit bout d’information qu’on appelle "bloc". Celui-ci est généré impérativement à partir des blocs précédents. Blockchain est donc une succession de blocs mathématiques (d’où son nom) qui ont besoin les uns des autres. C’est un procédé d’authentification indestructible et infalsifiable. Cela permet notamment d’éviter la vente en double ou la falsification de monnaie.

D'où vient cette technologie ? 

Cette technologie n’appartient à personne. Elle vient de la monnaie virtuelle Bitcoin. C’est un système décentralisé car l’information est distribuée sur les ordinateurs des personnes connectées, comme le peer-to-peer. De même qu’il n’y pas de président de l’internet, il n’y a pas de responsable de la Blockchain. En résumé : le système assure traçabilité, confiance, décentralisation et désintermédiation.

A quoi ça peut servir ?

La BlackChain peut potentiellement remplacer tous les "tiers de confiance" et donc se révéler utile pour les échanges financiers, les transactions immobilières, la santé (carnet de santé en ligne infalsifiable), la certification des brevets, mais aussi pour des diplômes et du vote en ligne ainsi que la sécurisation des données dans nos smartphones. Il s’agit d’une technologie capable de remplacer les institutions. Elle pourrait "ubériser" de nombreux secteurs (y compris Uber…).

Révolution

La Blockchain permet une diminution des coûts mais, par voie de conséquence, la disparition de certaines activités et donc probablement plus de chômage. Bref, une vraie révolution dans tous les sens du terme. Vous n'avez rien compris ? C'est normal. Ce qu'il faut retenir, c'est que l'on va beaucoup parler de blockchain dans les mois et les années qui viennent."

Mais que va-t-il donc rester aux notaires ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Thomas Lesenechal 18/08/2016 10:54

Bonjour,

Si le sujet de la blockchain vous intéresse, notamment dans ses applications en lien avec le domaine juridique. Nous avons lancé en France le premier MOOC Blockchain avec les experts de Blockchain France.
Je suis à votre disposition pour toute question à ce propos,
Thomas Lesenechal
thomas.lesenechal@learnassembly.com

avocats notaires 18/08/2016 14:04

Bonjour Thomas,
Bien sûr, nous sommes très intéressés par le développement de Blockchain, notamment dans le domaine des services juridiques.
Ce blog est à votre disposition pour vos annonces, communiqués et publications diverses.

avocats notaires 18/08/2016 11:08

http://www.moocblockchain.com/

Kushim 21/03/2016 10:14

Chers tous,

Tout d'abord méfiant envers ce blog, je m'aperçois que c'est le seul lieu où l'on carbure vraiment.

Félicitations Me Bernard Trigallou de sortir des sentiers battus. Je pensais que vous étiez affilié à une personne qui cause du tort au notariat sur Twitter. Même si c'était le cas, je reconnais que votre blog fera sortir ses participants par le haut.

Voici mes reflexions:
- le blochchain est simplement un gadget.
- il se créée une start-up juridique tous les mois voire tous les jours. Elle copient souvent rocketlawyer et consort, le modèle US. Or pas de croissance pérenne dans la copie. Et à toutes se copier ou presque, elles auront du mal à survivre.
- les premiers écrits de l'humanité sont ceux des premiers enregistreurs de transactions sur tablette d'argile (3000 ans avant JC). L'humain sera toujours nécessaire mais si il sera effectivement aidé par l'IA (qui est flippant mais qui semble ineluctable),
- l'interpro. n'est pas la panacée,
- le modèle éco le plus efficace est une sorte de franchise où chaque office en local reste indépendant. Car être professionnel libéral sans indépendance, c'est je pense bancal. Moins d'argent pour ceux qui pensent devenir les maîtres du monde, propriétaires de 25 offices. Mais un groupe plus fort avec des valeurs communes qui transcendent,

Voici une première lecture pour les innovateurs en herbe:
http://www.amazon.fr/Business-Model-nouvelle-g%C3%A9n%C3%A9ration-r%C3%A9volutionnaires/dp/2744064874

A bientôt,

Vive la liberté, vive l'optimisme, à bas les fachos et ceux qui maltraitent leurs collaborateurs / collègues.

Kushim, notaire installé depuis 2010 en zone semi-urbaine dans département assez pauvre.

avocats notaires 21/03/2016 10:35

Kushim :
(Suite)
Je n'interviens pas sur twt ( les 140 caractères sont trop peu pour développer une argumentation), ni sous mon nom ni sous un quelconque pseudo ... et ne suis inféodé à personne ni aucune organisation. Mais j'ai compris que vous en étiez convaincu. Profitez de la liberté d'expression que vous offre ce blog, consulté chaque jour par plusieurs milliers de fidèles dont des journalistes de la presse écrite et TV, des parlementaires et responsables politiques de toutes tendances, des conseillers et collaborateurs de cabinets ministériels, et naturellement des notaires et responsables d'instances notariales ... même si ce qui est développé ici peut déplaire. L'important étant de ne pas parler (ou écrire) pour ne rien dire, et pour chacun d'apporter sa contribution au débat en cours.

avocats notaires 21/03/2016 10:19

Kushim :
Merci pour votre contribution. N'hésitez pas à faire valoir votre point de vue sur ce blog, qui est à votre disposition. Ce sera un enrichissement pour tous.

Notaire lucide 15/03/2016 13:25

@avocats notaires :
J'interviens assez fréquemment sur votre blog en tant que notaire, et je pense faire preuve d'une certaine neutralité et ne pas essayer de développer une argumentation hostile au changement.
Ce court preambule pour vous dire que je ne suis pas d'accord avec vous sur un point :
Il ressort de vos propos que les tâches effectuées par les notaires en matière immobiliere, seraient des tâches simples que n'importe qui pourrait effectuer et que les notaires ne se sont pas diversifiés puisqu'ils profitaient de rentrée d'argent facile avec cette partie de leur activité.
Je pense au contraire que les dossiers relatifs à l'immobilier deviennent de plus en plus complexe et que dans le futur, on aura des notaires ou des juristes de pkus en plus spécialisés et de moins en moins généraliste.
Je suis d'accord pour dire que le gateau n'est pas partagé équitablement, et que les diplomés doivent avoir leur chance, de la meme facon, je suis d'accord pour dire que le tarif conduit à des remunerations aberrantes selon l'endroit où on exerce.
je suis un notaire qu'on pourrait qualifier de "moyen" dans le sens où j'exerce en milieu urbain non riche. Je suis donc loin d'être à plaindre surtout en comparaison des notairés ruraux. Mon quotidien est surtout fait de vente en participation sur des appartements valant 70000€., dossiers pour lesquels mon office perçoit entre 800 et 900€. il est impossible qu un cabinet d'avocat d'une taille comparable au mien facture moins pour une tache similaire, c'est une évidence pour quiconque connait le milieu juridique.

avocats notaires 15/03/2016 19:04

notaire lucide :
Tout d'abord, merci pour vos commentaires argumentés, "lucides", réfléchis, qui rendent service a tous.
Si j'ai insisté sur la "révolution numérique", sans trop de nuances parfois, je vous l'accorde, c'est en raison de l'impact déjà bien réel et qui s'accroit chaque jour, de l'AI sur les tâches des notaires et plus generalement de l'ensemble de l'activité économique.
La nouvelle organisation résultant de la réforme Macron doit permettre de s'adapter rapidement a cette nouvelle donne et de proposer aux clients des services a la fois plus étendus et intégrant un savoir-faire plus pointu.
L'Interpro, notamment avec les EC, est, a cet égard, un vrai progrès.

Rlyeh 15/03/2016 09:51

@avocats notaires : "Que va-t-il rester aux notaires ?"

Réduire la profession de notaires à "tiers de confiance" et à l'authenticité d'un acte est un peu limitative.

Tant qu'il y aura cette inflation législative et une complexité croissante des formalités et des garanties, le notaire sera nécessaire, ne serait-ce que pour adapter les actes aux différentes situations et donner toutes explications aux gens (le notariat ne se limite pas aux ventes).

D'autant plus que le notaire servira de plus en plus de paratonnerre avec la caisse de garantie derrière (on est de plus en plus dans un registre de garantie par assurance).

Blockchain ne va que garantir l'authenticité d'une transaction en rendant les documents y afférents infalsifiables. C'est bien, mais ce n'est pas suffisant...
...tout du moins dans l'état juridique actuel.

Sauf à aborder les transactions et le droit afin de les calquer sur un système informatique et non calquer de l'informatique sur une règle juridique, il est illusoire de croire qu'un système d'authentification style Blockchain va supplanter une profession juridique.

Je suis le premier à reconnaître que le notariat a d'énormes défauts nécessitant certaines réformes, mais je ne vois pas comment la structure juridique en France pourrait s'en passer.

Et si la réforme Macron est susceptible de m'arranger énormément avec la LI, je dois reconnaître que sa rédaction est totalement bâclée et "oublie" totalement l'effet pernicieux de certaines de ses mesures menant à l'inverse des conséquences souhaitées.

A mon sens il aurait fallu envisager une réforme de modernisation juridique relative aux transactions et au rôle du notaire beaucoup plus large, dépassant largement le cadre de cette profession.

anonyme 15/03/2016 17:50

Entièrement d'accord avec TIFOU. Au lieu de s'attaquer aux notaires macron, le notariat ferait mieux de s'attaquer aux experts-comptables et centres de gestion qui font du juridique au bien delà de l'accessoire et donc sans être assurés puisque leur mission n'est pas dans le cadre de l'accessoire de leurs prestations. La réforme macron est sur ce point très floue et c'est dommage car c'est au prix de la sécurité juridique pour le client. En effet, il est inconcevable de faire du droit des affaires (société, cession ...) sans maitriser les notions fondamentales du droit comme par exemple le droit des incapacités.

TIFOU 15/03/2016 12:01

avocats notaires
En l'état actuel, je ne pense pas que la liberté d'installation changera quelque chose et dynamisera la profession de notaire. Les notaires continueront à faire ce pourquoi ils sont formés (formatés) les ventes immobilières et les successions.
Pour dynamiser la profession, il faudrait changer la formation des notaires. L'essentiel de la formation CFPN ou DSN est consacrée aux ventes immobilières et au règlement des succession avec l'étude de cas pratiques qu'on a pratiquement aucune chance de rencontrer dans la vie active. Le droit des affaires (sociétés, fonds de commerce....) et la fiscalité sont les parents pauvres de la formation des notaires et sont enseignés de manière tout à fait anecdotique. Par la suite ce n'est pas en une journée d'université du notariat ou en 2-3 jours de formation INAFON que l'on devient spécialiste de ces matières.
Si a formation ne change pas les notaires anciens régime et les notaires macron continueront à faire du notariat à la "papa", donc quasi exclusivement des ventes et des successions, pour les ventes les notaires seront plus nombreux à se partager un gâteau qui n'augmentera pas de volume, pour les successions le tableau est un peu moins noir si je puis dire, puisque les enfants du baby-boom d'après guerre arrivent à un âge où l'on commence à décéder et d'ailleurs les prévisions vont dans le sens d'un accroissement de décès dans les années à venir.
N'oublions pas par ailleurs que les droit des affaires est déjà largement accaparé par les avocats et les experts-comptables, ces derniers ne se contentant pas du chiffre et n'hésitant pas à rédiger des actes (statuts, cessions de fonds de commerce...) qui ne sont pas en principe de leur ressort (la bonne vieille séparation du chiffre et de la lettre).
La seule possibilité c'est l'inter professionnalité, mais là aussi il faut mettre un bémol, elle ne concernera que certains secteurs géographiques porteurs et ce n'est pas à la campagne que l'on risque de voir beaucoup d'inter professionnalité d'autant que là aussi la place du droit des affaires "rurales" est déjà largement squattée par les centres de gestion agricole lesquels n'hésitent pas à rédiger des actes et même à fournir au notaire le modèle d'acte quand son intervention est nécessaire (constitution GAEC, EARL, donations...).

avocats notaires 15/03/2016 10:12

Les notaire ont le rôle qu'ils se sont octroyé. N'étant pas assez nombreux, ils se sont consacrés presque exclusivement a leur monopole sur l'immobilier, en même temps très rentable.
L'arrivée des notaires Macron va dynamiser cette profession, élargir son champ d'activité bien au-delà de l'immobilier : conseil, développement de l'acte authentique en droit des affaires, ...
Contrairement a ce que prétendent les "notaires 1816", c'est la réforme Macron qui va sauver la profession et en assurer le développement.

Dugard 14/03/2016 21:58

Il y aura toujours des avancées technologiques !
Souvenez vous des caisses automatique chez Carouf ou ailleurs ... ils ont été obligé de mettre des suveillantes pour éviter les fraudes, le nombre de vigile a augmenté ... alors ?

Je ne sais pas si c'est révélateur comme lapsus : " BlackChain " ?

Rlyeh 15/03/2016 12:35

J'ai tendance à constater que vous généralisez trop, le champs d'activité est en effet plus large et honnêtement l'activité dépend grandement de l'Etude concernée.
L'exemple des notaires parisiens n'est qu'une toute petite partie de la profession. Etant notaire assistant dans une petite ville, nous faisons 1/3 du chiffre sur les successions, ce n'est pas négligeable.

Concernant l'arrivée des notaires Macron (dont j'espère faire bientôt partie), l'ouverture va réguler certains revenus excessifs et dynamiser l'ensemble, mais risque, vu la méthode préconisée, de déboucher effectivement sur une désertification des campagnes (surtout vu la réforme du tarif sur les petits actes style ventes rurales).

Enfin, la recherche du maintien des revenus ne risque-t-elle pas de se faire au détriment du service rendu et de la sécurité juridique ? Sans compter le nombre de notaires qui envisagent d'envoyer bouler les paysans avec leurs petites ventes de parcelles qui fait peur à voir...

TIFOU 13/03/2016 14:09

De toute façon ce que beaucoup oublient c'est que les notaires sont les percepteurs d'impôts pour l'Etat et si tout le monde (ou presque) revendique de pouvoir rédiger tous les actes qui actuellement nécessitent l'intervention d'un notaire, personne ne revendique le rôle de percepteur, responsable sur ses deniers du calcul de l'impôt, responsable sur ses deniers de son encaissement et responsable sur ses deniers de son paiement dans les délais, le tout sans être rémunéré, sauf par le contribuable redevable de l'impôt. Les blockchains, les logiciels, les sites de rédactions c'est du virtuel, l'impôt c'est du réel des espèces sonnantes et trébuchantes qui vont dans les caisses de l'Etat. Il ne sert à rien de rédiger un acte, de lui donner date certaine, de l'authentifier, dans assurer la sauvegarde si en même temps l'impôt n'est pas perçu et reversé à l'Etat, le tout je le répète gratuitement, alors que les services de l'état quand ils recueillent de l'impôt pour les collectivités territoriales se font rémunérer.

Principe di Salina 14/03/2016 21:29

Pour ce qui est de la tva, les commerçants versent la tva qu'ils doivent, ils ne collectent pas au nom du client, c'est une très grosse différence.
Pour les autres impôts perçus par le notaire, enregistrement, plus value, droits mutation à titre gratuit: questionnez les centres des impôts, vous verrez à quel point ils reconnaissent la compétence de la profession.

anonyme 13/03/2016 19:33

L'impôt qui rapporte le plus d'argent à l'Etat est la TVA et les commerçants, artisans.....la perçoivent et la reversent gratuitement. Il faut arrêter avec cet argument. Les autres professionnels ex: experts comptables, avocats, gestionnaires de patrimoine ... qui font des cessions de fonds de commerce, des cessions de parts calculent les droits d'enregistrement, collectent et reversent gratuitement. Il est temps pour le notariat de regarder ce que font les autres professionnels.

Dn3 12/03/2016 11:32

Repose sur des ai... on voit quel briant résultats on obtient jusqu'à présent : crises et bulles spéculatives.
Pour en revenir à la blockchain il ne faut pas oublier quun tiers humain de confiance est toujours nécessaire c'est le rôle des mineurs qui sont rémunérés pour ça.
Le système nest donc pas infaillible :
-risque de corruption des mineurs (voir la bulle spéculative des bitcoins)
-risque de faux et effondrement dune économie entière basée sur du virtuel (attaque type goldfinger)

Il faut user de la technologie mais elle ne remplacera jamais lhumain surtout dans le droit où la complexité des cas particuliers et du droit fait que chaque situation a des paramètres uniques quil faut adapter.
Quand a votre notaire qui visiblement est nul en droit des sociétés peut être qu'une simple formation pourrait le mettre a niveau plutôt que de compter sur autrui dans le cadre d'une "association "

CREDULE 13/03/2016 11:36

@Avocat Notaire
Il serait effectivement vivement souhaitable que dans le cadre des formations l’on puisse intégrer des alternatives à l’exercice monoprofessionnel articulé sur un seul modèle économique imposé.
L’idéal serait d’avoir :
1/ Une formation de base commune aux notaires, avocats et magistrats.
2/ L’ouverture de plusieurs branches professionnelles où plusieurs alternatives professionnelles articulés sur des modèles économiques différenciés soient proposées :
• Une branche internationale avec des stages professionnels ciblés ;
• Une branche interprofessionnelle avec des stages professionnels dédiés ;
• Une branche traditionnelle axée sur l’immobilier ;
• Une branche axée sur le droit de la famille et droit patrimonial ;
• Une branche tournée sur les biotechnologies, d’une manière générale toutes les disciplines touchant aux nouvelles technologies.
• Une vraie branche tournée sur la ruralité.
• Etc….
3/ Reconnaître le principe de la libre installation et de la liberté tarifaire.
4/ Autoriser de vrais développements intra professionnels et interprofessionnels sans que les ordres ne puissent y faire obstacle.
La sociologie du Notariat se modifierait d’elle même ainsi que l’implantation des offices.
De toute façon nous allons inexorablement vers la fin d’un système. Il est vivement regrettable que le CSN n’ait pas anticipé une nouvelle fois ce qui arrive et qui était prévisible. Mais ce sont bien les rentes de situation d’une minorité qui ont provoqué ce à quoi nous assistons aujourd’hui.
L’évolution de cette profession aurait pu se faire de manière graduée tout en permettant cette modification sociologique pour se tourner vers une vraie refonte des activités dans un cadre de développement profondément repensé.
Bref, Une vraie modernisation de cette profession tel qu’on devrait la concevoir au XXI siècle.

avocats notaires 13/03/2016 09:38

Crédule :
Et il faut bien reconnaître que la consanguinité qui a prévalu jusqu'à maintenant dans la profession (même profil, même formation entre les mains de la corporation, même expérience, même famille souvent, cooptation, immobilisme), l'a plongée dans une profonde médiocrité. Et certains de ses membres sont, en plus, profondément malhonnêtes.
La LI, l'interpro, la concurrence, en modifiant la sociologie de la profession, en la diversifiant, sont les seules mesures susceptibles d'améliorer cette profession et donc d'en éviter la disparition.

CREDULE 13/03/2016 03:21

@ Avocat notaire
Vous posez une vraie problématique dans la profession.
Au delà de l’utilisation d’un tableur (un minimum à savoir me semble t il), c’est la question de fonds du métier. Quelle réelle latitude a t on dans cette profession pour s’orienter vers une telle discipline.
Ceci n’était réservé qu’à une élite désignée implicitement par les chambres, bien sûr situées dans les grandes métropoles et grande ville. Un sectarisme peu commun existait de ce chef. Le fameux non dit implacable et imbécile. Dès lors s’orienter sur une telle discipline si l’on ne se trouvait pas choisi parmi les « élus » exposait à des représailles, car fatalement l’on ne s’occupait pas suffisamment du service public. Comprenez que ces messieurs dans les grandes métropoles ne devaient surtout pas être importunés par les petits actes. Autrement formulé, vouloir intégrer une diversification économique était analysée par principe comme une désaffectation sur le domaine traditionnel où l’on devait par nécessité ne faire que les petits actes.
Mais le paradoxe de la situation vous le soulignez vous même. En quelque sorte vous évoquez vous même la politique absurde commune qui existât dans cette profession, où ce fameux monopole immobilier aura aboutit à la situation que vous avez rencontrée.
Un seul conseil, pour s’en extraire, s’orienter vers l’interprofessionnalité, qui permettra de vivifier et rénover en profondeur ce métier qui en a bien besoin.

avocats notaires 13/03/2016 00:30

Tifou :
La question posée à ce notaire n'était pas "la différence IR-IS" d'une façon générale mais si mes amis, compte tenu de leur situation concrète (revenus, patrimoine, immobilier existant et investissements à venir, enfants, ...) devaient constituer une SCI pour loger leur patrimoine immobilier et dans l'affirmative s'il fallait opter pour l'IS. Il faut étudier leur situation particulière, poser les chiffres, déterminer les coûts, et, par une simulation au tableur, leur donner les réponses concrètes, parfaitement argumentees.
C'est cela la consultation, chiffrée bien entendu, à fournir.
Une première nécessité pour les notaires et leurs collaborateurs, au-delà de leur qualification juridique et fiscale supposée, est de maîtriser l'usage du tableur.
Ainsi par exemple, dans votre entourage notarial, quelle est la proportion des personnes maîtrisant le tableur et susceptibles de produire une simulation digne de ce nom ?

avocats notaires 12/03/2016 13:59

Bien d'accord avec vous. C'est néanmoins bien réel ... et sans doute moins exceptionnel que vous ne le supposez.

TIFOU 12/03/2016 13:35

Avocats notaires
Enfin soyons sérieux si le notaire est incapable d'expliquer la différence, les avantages et les inconvénients d'être soumis à l'IR ou à l'IS, ce n'est pas un problème de formation. A ce niveau il est carrément nul et ne sait pas se documenter.
Il vaudrait mieux qu'il arrête carrément le notariat.
Vous m'auriez dit qu'il ne savait pas expliquer les avantages d'une installation au Luxembourg ou en Irlande j'aurai compris, il faut être assez pointu pour répondre à ce genre de question. Maintenant la différence IR-IS c'est quand même le B.A.-BA.

avocats notaires 12/03/2016 11:49

On ne va pas, instantanément, transformer les notaires en fiscalistes distingués. Une "formation" INAFON ou autre , n'y suffira pas.

Dn3 11/03/2016 13:35

Cest bien beau mais quid des mineurs ?
Qui sera responsable en cas derreur de codage? Comment pourra t on faire reconnaitre une erreur dun codeur situé à letranger ?
De plus le blockchain est encore loin detre aujourd'hui inviolable...
Enfin quid de la probité des humains derrières l'ordinateur et de leur rémunération ?
Bref c'est joli sur le papier mais ce n'est pas pour demain donc on fait quoi M. Trigallou ? On attend ? Qui paye les collab et fait les dossiers en attendant ?

un blockchaineur qui passe 17/03/2016 22:40

Les mineurs sont une question que si on est dans le cadre d'une blockchain publique. On peut penser que dans le cas du notariat, surtout dans les pays développés, une blockchain hybride ou privée, moins couteuse sera privilégiée.

Et en réalité "ce n'est pas pour demain" n'est pas tout à fait vrai. C'est déjà pour hier dans certains endroits! http://www.info-afrique.com/cadastre-ghana-blockchain/

En revanche les questions d'erreur de code sont cruciales, surtout si on prend en compte les contrats "intelligents", qui s’exécutent automatiquement et sur lesquels il va être difficile d'agir a posteriori. Cela nécessite de repenser la façon de faire du code, et de repenser aussi l'action du législateur. Cf les travaux de Primavera: cf http://blockchainfrance.net/2016/02/14/droit_blockchain_contrats/

Dugard 14/03/2016 22:03

A propos d'INAFON j'ai toujours été surpris du petit nombre " d'élèves" alors que chez les avocats pour le même type de stage ils sont par 100 !
Peut-être commencer à faire des économies dans la profession !

avocats notaires 11/03/2016 15:10

Un exemple caricatural de la situation présente :
Des amis m'ont demandé hier, au cours d'une conversation, quelle pourrait être, dans leur situation, l'intérêt d'une option IS pour une SCI.
Ils ont posé la question à leur notaire habituel ... qui n'en a même pas compris le sens.
Résultat : ils vont aller voir un expert-comptable qui, après les avoir conseillés, va les orienter vers un autre notaire plus sensible à la fiscalité des sociétés et à la stratégie patrimoniale.
Leur "notaire traditionnel", qui ne sait que rédiger des actes de vente, n'aurait-il pas intérêt à s'associer avec un expert-comptable s'il veut conserver ses clients ?

avocats notaires 11/03/2016 14:16

Dn3:
C'est une (r)évolution qui est engagée ... et ça va vite. Alors, il faut s'adapter avec les outils à votre disposition. Ne dit-on pas que si vous faites 2 fois la même chose c'est qu'un robot peut la faire à votre place ?
Quelle est la proportion des tâches non répétitives dans une étude ? 10 % ? 5 % ? Tout le surplus peut être automatisé avec les outils de la numérisation.
La concurrence mise en place par la réforme Macron est le signal du départ de cette compétition à laquelle le notariat doit participer malgré lui. L'énergie et les fonds dépenses dans le "combat d'arrière-garde" (dixit Richard Ferrand) mené depuis 2 ans par la corporation et ses instances représentatives auraient été mieux utilisés à faire évoluer la profession. Et l'image d'immobilisme qui en est résultée est calamiteuse.

Sd 11/03/2016 14:07

http://www.usine-digitale.fr/editorial/auto-disruption-goldman-sachs-ne-veut-plus-etre-une-banque-et-35000-personnes-bossent-la-dessus.N383309

Block chain, digital... Voici l'avenir à l'heure où les notaires découvrent le numérique...
Une erreur de codage? Le système financier mondial repose sur des AI auto apprenantes

Heureusement ce n'est effectivement pas pour demain. Mais quand on voit les talents et les capitaux mobilisés pour développer ces nouveaux outils, ce serait une erreur de ne pas prendre en compte cette prochaine révolution.

avocats notaires 11/03/2016 11:31

La véritable rupture pour les notaires c'est Blockchain, l'AI, le Big Data.
Bien plus redoutable qu'Emmanuel Macron, Richard Ferrand et Cécile Untermaier réunis, qui ne font que moderniser le cadre de la profession pour lui permettre de s'adapter, d'évoluer dans cet environnement technologique "disruptif".

Principe di Salina 11/03/2016 20:41

M. Trigallou, ce genre de technologie révolutionnera (si c'est fiable...) le monde entier, pas le notariat en particulier. Toutes les activités sont menacées, il y aura des centaines de millions de chomeurs dans le monde qui sera dirigé par une "elite" qui comptendra les codes du blockchain. Vous même ne reconnaitrez rien de ce que vous connaissez actuellement... Et vous regretterez l'epoque actuelle, en faisant l'aumone avec moi.

Sd 11/03/2016 12:02

Je ne peux être plus d'accord avec vous.
Il est plus qu'urgent que le notariat réalise que Macron n'est qu'une petite vague...