Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 21:03
LE DESSIN DE "L'OPINION" QUI DÉPLAÎT AUX NOTAIRES :
LE DESSIN DE "L'OPINION" QUI DÉPLAÎT AUX NOTAIRES :
LE DESSIN DE "L'OPINION" QUI DÉPLAÎT AUX NOTAIRES :

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dugard 10/06/2016 14:30

je l'avais oublié celle là :

" Les cons, ça ose tout ! C'est même à ça qu'on les reconnaît. " peut être la réponse à ma question !

Dugard 10/06/2016 14:28

Pour le dessin: EXXXXCELENT ! Maître FOLASSE je crois que je vais mettre une photo de lui devant l'office pour conjurer le sort !

Je suis étonné de ce nombre de notaire en titre qui twitte ou qui poste sur facebook ? Ils n'ont déjà plus de clients ou bien sont-ils reçus par leur secrétaire notariale, LOL !

anonyme 10/06/2016 13:31

extra le dessin

mich 10/06/2016 10:12

ça reflète exactement l'enjeu de la réforme et la position du notariat existant

Tifou 10/06/2016 09:43

Dessin excellent, d'autant que si je me souviens Francis BLANCHE jouait le rôle d'un notaire.

avocats notaires 10/06/2016 10:30

Extrait du film, dans lequel Francis Blanche joue le rôle de Maître Folace, notaire véreux.
Une scène culte, qui a marqué les mémoires :
Grisbi or not grisbi. Hommage appuyé à Georges Lautner avec "La scène de la cuisine".
Extrait des Tontons Flingueurs, film culte réalisé en 1963.
Réalisation de Georges Lautner, dialogues de Michel Audiard.
Maître Folace, notaire véreux, est à la table de cuisine, en train de compter l'argent. Fernand Naudin est le maître des lieux ; il ne tient pas à ce que sa nièce apprenne la nature du business qu'il gère ; la nièce a organisé ce soir-là une surprise-party. Jean est le majordome.
Arrive le gang des Volfoni qui vient réclamer sa part. Raoul, un minable, se prend pour un caïd ; Paul, curieusement pour un gangster, est un homme paisible.
Maître Folace (Francis Blanche)
Charmante soirée, n'est-ce pas ? Vous savez combien ça va nous coûter ? 2.000 francs nouveaux. 
Fernand Naudin (Lino Ventura)
Y'en a qui gaspillent, et y'en a d'autres qui collectent ... Hein ? 
Jean (Robert Dalban)
Faudrait encore des sandwichs à la purée d'anchois, ils partent bien ceux-là. 
Fernand Naudin 
Voilà vos encaissements en retard ... Les Volfoni ont essayé de me flinguer, oui Maître ! 
Maître Folace 
C'est pourtant pas leur genre ! 
Fernand Naudin 
Et ben, ça prouve qu'ils ont changé de genre. Voilà ! 
Jean 
Quand ça change, ça change. Faut jamais se laisser démonter ! 
Maître Folace 
Vous croyez qu'ils oseraient venir ici ? 
Fernand Naudin 
Les cons, ça ose tout ! C'est même à ça qu'on les reconnaît. 
(Les Volfoni sonnent à la porte... et entrent.)
Paul Volfoni (Jean Lefebvre)
Sûr que tu t'es pas gouré de crèche ? 
Raoul Volfoni (Bernard Blier)
J'me goure jamais ! 
Une jeune fille 
A drink, please ? 
Raoul Volfoni
J'veux rien ! Si c'est notre fric qu'y sont en train d'arroser, ça va saigner... 
Dis donc mon brave !
Jean 
Monsieur ? 
Raoul Volfoni 
Il est là vot' patron ?. 
Jean 
Qui demandez-vous ? 
Paul Volfoni 
Monsieur Fernand Naudin. 
Raoul Volfoni 
Monsieur Fernand... Fernand l'emmerdeur ! Fernand le malhonnête ! c'est comme ça que j'l'appelle, moi ! 
Jean 
Si ces messieurs veulent bien me suivre... 
Raoul Volfoni 
Et comment ! Alors tu viens, dis ! 
Jean 
Si vous voulez bien vous donnez la peine d'entrer. 
Dans la cuisine... 
Raoul Volfoni 
Bougez pas !... Les mains sur la table ! Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur, et des flingues de concours. 
Jean 
Si ces messieurs veulent bien me les confier... 
Raoul Volfoni 
Quoi ? 
(Patricia entre)
Jean 
Allons vite messieurs ! quelqu'un pourrait venir, on pourrait se méprendre et on jaserait... Nous venons déjà de frôler l'incident. 
Paul Volfoni 
J'te disais que cette démarche ne s'imposait pas. Aujourd'hui, les diplomates prendraient plutôt le pas sur les hommes d'action. L'époque serait aux tables rondes et à la détente. Hein ? Qu'est-ce que t'en penses ? 
Fernand Naudin 
J'dis pas non. 
Raoul Volfoni 
Mais dis donc, on est tout de même pas venu pour beurrer les sandwichs ! 
Paul Volfoni 
Pourquoi pas ! au contraire, les tâches ménagères ne sont pas sans noblesse ; surtout parce qu'elles constituent le pas vers des négociations fructueuses. Hein ? ... merci. 
Fernand Naudin 
Maître Folace, vous devriez planquer les motifs de fâcher ! 
Paul Volfoni 
Oh ! Monsieur Fernand... 
Fernand Naudin 
Y connaît la vie Monsieur Paul. Mais pour en r'venir au travail manuel, là, c'que vous disiez est finement observé et puis, ça reste une base. 
Raoul Volfoni 
Et bah c'est bien vrai. Si on rigolait plus souvent, on aurait moins la tête aux bêtises. 
(Une jeune fille vient chercher du whisky ; voyant l'argent sur la table, elle tend la main et  touche à l'argent) 
Maître Folace 
Touche pas au grisbi... salope !!!! .... 
Paul Volfoni 
L'alcool à cet âge-là... enfin ! 
Fernand Naudin 
Non mais c'est un scandale ! 
Raoul Volfoni 
Nous par contre on est des adultes.... on pourrait peut-être s'en faire un p'tit ?
Fernand Naudin 
Maître Folace ? 
Maître Folace 
Seulement le tout venant a été piraté par les mômes. Qu'est ce qu'on se fait,... on se risque sur le bizarre ? ça va rajeunir personne ! 
Raoul Volfoni 
Ah nous v'là sauvés ! 
Maître Folace 
Sauvés... faut voir ! 
(il sert)
Jean 
Tiens, vous avez sorti le vitriol ! 
Paul Volfoni 
Pourquoi vous dites ça ? Il a l'air pourtant honnête ! 
Fernand Naudin 
Sans être franchement malhonnête, au premier abord, comme ça il a l'air assez curieux. 
Maître Folace 
Y date du Mexicain, du temps des grandes heures, seulement on a dû arrêter la fabrication : y a des clients qui devenaient aveugles, alors ça faisait des histoires... 
Raoul Volfoni 
Faut reconnaître, c'est du brutal ! 
Paul Volfoni 
Vous avez raison, il est curieux ! 
Fernand Naudin 
J'ai connu une Polonaise qu'en prenait au p'tit déjeuner... Faut quand même admettre que c'est plutôt une boisson d'homme. 
Raoul Volfoni 
Tu sais pas ce qu'il me rappelle, c't espèce de drôlerie qu'on buvait dans une p'tite taule de Biénoa pas très loin de Saigon... Les volets rouges ... et la taulière, une blonde... Comment qu'elle s'appelait Nom de Dieu ? 
Fernand Naudin 
Lulu la Nantaise ! 
Raoul Volfoni 
T'as connu !? 
Paul Volfoni 
J'y trouve un goût de pomme 
Maître Folace 
Y en a ! 
Raoul Volfoni 
Et c'est devant chez elle que Lucien le Cheval s'est fait dessouder. 
Fernand Naudin 
Et par qui, hein ? 
Raoul Volfoni 
Bah v'la que j'ai plus ma tête ! 
Fernand Naudin 
Par Teddy de Montréal, un fondu qui travaillait qu'à la dynamite. 
Raoul Volfoni 
Toute une époque... 
Maître Folace 
D'accord, d'accord, je dis pas qu'à la fin de la guerre, Jo le Trembleur, il avait pas un peu baissé ; mais n'empêche que pendant les années terribles, sous l'occup, il butait à tout va ! Il a quand même décimé toute une division de panzer ! ah. 
Raoul Volfoni 
Il était dans les chars ? 
Fernand Naudin 
Non ! Dans la limonade ! sois à ce qu'on t'dit ! 
Raoul Volfoni 
Mais j'ai pu ma tête ! j'ai pu ma... 
Maître Folace 
Il avait son secret le Jo... 
Raoul Volfoni 
C'est où ? 
Jean 
À droite, au fond du couloir. 
Maître Folace 
Hé, Hé, Hé ! 50 kilos de patates, un sac de sciure de bois, il te sortait 25 litres de 3 étoiles à l'alambic. Un vrai magicien ce Jo. Et c'est pour ça que je me permets d'intimer l'ordre à certains salisseurs de mémoires de bien vouloir fermer leur claque-merde ! ah. 
Paul Volfoni 
Vous avez beau dire, y'a pas seulement que de la pomme, y'a aut'chose. Ça serait pas dès fois de la betterave, hein ? 
Fernand Naudin 
Si, y'en a aussi.
Je mangerai bien quelque chose de consistant, moi.
(ils se lèvent et sortent)"

Martin 10/06/2016 08:37

Très fidèle à la réalité ce dessin : c'est pour leur magot qu'ils nous empêchent de faire notre métier ! Mais désormais, il faudra qu'ils fassent le deuil de leurs privilèges : place aux diplômés et plus aux rentiers !

Notaire salarié 11/06/2016 16:52

VM: pas crédible.
Au vu du "faible" investissement pour créer (même la CDC prête 100.000€ max pour les lauréats de l'ex concours, preuve que ca suffit amplement) comparé au rachat de charges, n'importe quel banquier suivra.
Ne prenez pas les diplômés pour des demeurés qui iront chez le grand groupe usurier se pr*stituer. Ils peuvent garder leur indépendance pour emprunter afin de démarrer.

VM 11/06/2016 13:20

quelle honte ce dessin !!! parce que vous pensez que les jeunes diplômés qui vont s'installer ne vont pas vouloir de l'argent que va leur procurer leur statut ??? la plupart des installations sont déjà préparées par des grands groupes qui vont demander en échange d'un appui et d'une enveloppe financière une affililation de ces notaires à leur groupe...il ne seront plus rentier juste des pantins au mains du capital ...ceux qui empocheront les bénéfices seront ces grosses boites (Fidu...KP..Monass..et compagnie) mais VIVE LE LIBERALISME et n'ayez crainte dans 5 ans il n'y aura plus de notaires juste des avocats bis...

Mister X 11/06/2016 10:05

Par ailleurs, bon nombres exercent dans des petites communes sans être rentiers et où personnes n'ira s'installer, tandis que d'autres qui sont à la tête de grosses Etudes, ne seront pas vraiment gênés par quelques créations.

Notaire salarié 10/06/2016 20:42

Absolument pas, bon nombre d'installés n'ont qu'un bac + 3 en droit.
Nous sommes Bac +7 a minima.
CQFD

un autre anonyme 10/06/2016 18:16

Martin,

Les installés ne sont-ils pas tout aussi diplômés que vous ?

Votre opposition rentiers/diplômés est ridicule.

DN59 10/06/2016 07:47

Raz de marée dans les Hauts de France avec plus de 100 créations ! Je répète Raz de marée !

Drôle ce dessin ... un peu d'humour messieurs !

PLV 10/06/2016 00:01

Pourquoi? Je le trouve excellent moi ce dessin !