Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 11:46
LES "1816" CRAIGNENT L'ARRIVÉE DES "NOTAIRES MACRON"

Un correspondant nous signale cet article très intéressant du "Figaro" :

"L'arrivée des "notaires Macron" crainte

Mis à jour le 21/02/2017 à 10:31

Plus de huit notaires installés sur dix redoutent l'arrivée des nouveaux professionnels, surnommés "notaires Macron", qui vont s'installer librement dans les mois à venir, estimant qu'ils vont "fragiliser" les études, selon une enquête publiée mardi.

La loi Macron du 6 août 2015 réforme plusieurs professions réglementées du droit, dont celle de notaire, en permettant à 1.650 nouveaux professionnels d'accéder d'ici à 2018 à un exercice libéral du notariat, jusqu'ici très verrouillé.

Interrogés en février par le portail internet Immonot, une centaine de notaires installés ont affirmé à 83% que cette ouverture va "fragiliser le notariat" et déclaré à 79% craindre une "fracture sociale".

Ils éprouvent un sentiment de "concurrence déloyale", selon l'enquête, dans la mesure où ces nouveaux notaires pourront s'installer librement tandis que d'autres continueront à s'endetter pour racheter une étude.

Interrogés sur l'accueil qu'ils réserveront à ces nouveaux confrères, 17% ont répondu "courtois mais froid", 6,4% ne leur "feront pas de cadeaux" tandis que trois quarts (74,5%) des notaires interrogés se décideront "en fonction de l'attitude" des nouveaux entrants.

Un peu plus d'un sur dix (12,8%) seulement prévoit de se montrer "chaleureux et confraternel".

Par ailleurs, 70% des professionnels interrogés ne pensent pas que la possibilité donnée aux notaires déjà installés de participer au tirage au sort soit "une bonne chose".

A la question "Pensez-vous ouvrir un office supplémentaire à l'issue des tirages au sort ?", 90% ont répondu par la négative. Cela pourrait signifier que seule une faible proportion des notaires installés qui se sont portés candidats "concrétiseraient leur installation", estiment les auteurs de l'enquête.

Aprement combattus par les notaires en place, défendus par le Conseil supérieur du notariat (CSN), les nouveaux offices de notaires créés par la loi Macron doivent voir le jour à compter de mars, au fil de tirages au sort supervisés par l'Autorité de la concurrence.

Quelque 30.000 demandes émanant de 7.000 candidats ont été enregistrées pour créer des offices dans 247 zones d'installation libre en France.

La France compte 9.600 notaires dans 4.500 études qui emploient quelque 40.000 salariés et réalisent un chiffre d'affaires de 7 milliards d'euros, selon le CSN."

Partager cet article

Repost 0

commentaires

lulu 22/02/2017 12:51

le vrai scandale est le fait qu'ils ont candidaté en sachant parfaitement qu'ils ne donneraient pas suite! tout ca pour bloquer les primo accedants 2 ans de plus!!

Dugard 21/02/2017 18:27

C'est terrible vous faites un gros chèque de 600 ou 800 000 € à un notaire ventripotent avec un peu de liquide (10%) et là vous avez le sourire du cédant qui vous l'a mis ...
Si nous ne payons pas ils seraient plus froid, non c'est une impression...

TheYoungNotary 21/02/2017 19:44

Juste une impression ... la roue tourne ... la belle époque est terminée ... au boulot !

Pomme de terre 21/02/2017 16:53

Bonjour à tous,
question sur ces nouveaux offices qui doivent être créés, quelle valeur vénale peuvent ils avoir pour ceux qui ont horodaté "comme ça" mais qui au final ne sont pas vraiment dans l'optique de s'installer mais qui sont tirés au sort ? Je sais bien des disparités qui peuvent exister en france mais sur les prochains TAS comme des zones à fort potentiel comme Paris ? ou Lyon ?

TheYoungNotary 21/02/2017 19:45

Certains annoncent déjà vouloir payer 200.000 Euros une plaque à Paris ... l'étude en première couronne ne suffit pas, il faut gagner plus, toujours plus !

Dugard 21/02/2017 18:29

A mon sens il faut quand même faire tourner la boîte et démarrer l'exploitation de la nouvelle étude pour ... pouvoir la céder ! Mais une fois démarré l'activté vous changerez certainement d'AVIS, LOL !

PS : il manque une chose Mr Patate il faut être TAS !

PASPuNot 21/02/2017 18:02

Ceux qui ont horodaté "comme ça" vont déjà perdre leur emploi lors de leur nomination...
Quant à revendre une étude qui n'a pas un acte au répertoire pendant tout le temps de la cession c'est le risque très grand d'être déclaré démissionnaire d'office (tout le monde sera vigilant sur ce point j'imagine) et pour faire des actes il faut investir un minimum (local, informatique, etc.), plus logement en cas de changement de région...
Au final, je pense que certains vont tomber de haut (y compris pour les 1816 qui ont également horodaté "comme ça")!

manu 21/02/2017 14:33

C'est vrai qu'il ne faut pas croire que la libre installation sera gratuite, compter je pense 150.000€ le temps que l'argent rentre et puis je pense que l'état demandera de mettre cette somme sur le compte étude pour ne pas être tenter de taper dans les comptes clients. Avec cette réforme le notariat entre dans le monde réel ou les diplômés pourront valoriser leurs compétences, les meilleurs s’épanouiront les autres mourront, la vrai vie quoi!

Dugard 21/02/2017 18:34

Taper dans la caisse pour les futurs notaire curieuse mentalité ?
Perso je vis déjà sur mes économies alors 1 année de plus, cela ne me fera pas plus mal et je ne taperai donc pas dans les fonds clients !
Peut être faites vous allusion à ces personnes qui confondent chiffres d'affaires et bénéfices...

avocats notaires 21/02/2017 16:34

S'il ne restait que Le Pen et Fillon au 2ème tour, il est certain que beaucoup s'abstiendraient, le choix entre l'extrême droite et la corruption s'avérant, pour nombre de citoyens, totalement impossible.
Et on imagine la crédibilité du président issu de cette élection !

En passant 21/02/2017 16:14

Des noms, Monsieur Trigallou, des noms !
Fillon, pour ses assistants ?
Le Pen pour ses gardes du corps ?
Macron, à Bercy, pour couvrir ses frais de campagne ?
Qui encore ?...
La honte, quoi... autant aller à la pêche.

avocats notaires 21/02/2017 16:03

Manu :
Je ne vois pas à quel niveau et en quelles circonstances un notaire, "Macron" ou "1816", pourrait être "tenté de taper dans les fonds clients".
Seuls les malhonnêtes avérés peuvent avoir ce genre de "tentation".
Maintenant, si les circonstances faisaient qu'en mai prochain, un président lui-même totalement corrompu, était porté au pouvoir, qui pourrait alors reprocher aux notaires et autres officiers publics de "taper dans la caisse" ?
Espérons que les électeurs, dans leur immense sagesse collective, nous éviteront cette tragédie nationale.

Tifou 21/02/2017 13:23

Pourquoi craindre les notaires Macron.
Il ne faut pas partir de l'idée que les notaires nouvelles formules acquièrent une étude gratuitement.
Je m'explique, lorsque vous rachetez une étude ou des parts sociales, vous achetez une clientèle et une potentialité de prélèvement avec certes des mensualités d'emprunt à rembourser.
Lorsque les notaires nouvellement nommés vont s'installer, ils vont acheter du matériel, des logiciels et les éléments nécessaires au développement d'une clientèle (bail, achat de locaux...), mais pas de potentialité de prélèvement à court terme. De ce fait l'endettement d'un notaire nouvelle formule devra comprendre une part destinées à vivre pendant au moins un an sans prélèvement sur l'étude. Certes l'endettement est moindre, mais il existe quand même. De plus le notaire qui rachète, rachète une structure avec du personnel (qu'il faut certes payer mais qui est immédiatement opérationnel), le notaire nouvel formule va devoir pendant de nombreux mois faire la femme de ménage, le clerc de base, le clerc émérite, le notaire, le clerc aux formalités, le comptable, donc un investissement temps important. Si véritablement la loi Macron est une opportunité, celle-ci n'est pas gratuite et il est sur que dans un ou deux seuls subsisteront les plus compétents et les plus motivés, il y aura de la casse et je pense que celle-ci concernera surtout les nouveaux installés par rapport aux anciens.
D'ailleurs, il n'est qu'à voir les interventions de certains sur le site, ceux qui tirés au sort renoncent déjà, ceux qui envisagent de s'associer avec une structure existante après avoir critiqué les notaires ancienne formule (1816). Etre entrepreneur n'est pas simple qu'on rachète une structure ou que l'on parte de zéro.
Dix mille notaires pour 66 millions d'habitants ce n'est pas beaucoup et sérieusement jusqu'à 15.000 ou 18.000 notaires, je ne pense pas que la profession sera déstabilisée.

CREDULE 21/02/2017 13:13

Cet article du FIGARO reflète bien l'état d'esprit général au sein de notre profession : une profession repliée sur elle même, refusant toute ouverture, viscéralement contre la Liberté d'installation, méprisant la Liberté d'entreprendre garantie par la CHARTE DES DROITS FONDAMENTAUX, ne voulant imposer qu'un seul et unique modèle économique au nom du monopole immobilier.
Puisse MACRON gagner et de finir sa Réforme : Liberté Totale d'Installation.

Bill 21/02/2017 12:53

En fait, on va tous pouvoir s'installer !
Les 1816 vont se retirer les uns après les autres...

manu 21/02/2017 14:34

si tu pouvais dire vrai BILL!