Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 05:13
LES AVOCATS S'INTÉRESSENT AU MARCHÉ DU PATRIMOINE ET DES SUCCESSIONS, JUSQU'ALORS CHASSE GARDÉE DES NOTAIRES

Un correspondant nous signale cet article intéressant du "Journal Spécial des Sociétés" sur les "profondes mutations" de la profession d'avocat ... et, par voie de conséquence, de celle de notaire  :

http://www.jss.fr/Patrimoine_quel_marche_pour_les_avocats-879.awp?AWPID98B8ED7F=C3B17AD9F74B7AF50EB31553FA8DE3D6C4F2FC11

Publié le 18/03/2017

Patrimoine: quel marché pour les avocats?

ACTUALITES

Subissant de profondes mutations, la profession d’avocat interroge les différents marchés sur lesquels elle peut se positionner.

L’Observatoire national de la profession d’avocat rattaché au CNB vient de publier une étude d’évaluation sur le potentiel rattaché au patrimoine.

Dans un contexte de bouleversements profonds, d’ubérisation et de révolution numérique, l’Observatoire du Conseil National des Barreaux souhaite approfondir régulièrement son étude du marché du droit, dans une vision prospective, afin que les avocats puissant se préparer au mieux à leurs nouveaux enjeux. Avec le CSA, l’Observatoire a ainsi réalisé une étude « Droit patrimonial, transmission, succession et préparation à la retraite et dépendance, nouveaux contextes, nouveaux besoins » sur le potentiel rattaché au patrimoine, à la transmission, aux successions, à la préparation de la retraite et de la dépendance, auprès des particuliers etc.

L’enquête menée auprès des particuliers met en avant les compétences types du gestionnaire de patrimoine idéal : expertise juridique, conseil sur-mesure, impartialité, écoute, réactivité.

Un profil type qui pourrait convenir tant aux avocats qu’aux notaires, même si l’étude tend à démontrer que le notaire est consulté de plus en plus par défaut que par réelle satisfaction.

En effet, l’avocat inspire la confiance nécessaire pour accompagner les particuliers, désireuses de gérer leur patrimoine via des solutions sur mesure tout en restant décisionnaires.

Un marché qui pourrait donc s’avérer intéressant pour les avocats."

Les notaires sont heureux d'apprendre qu'ils sont "consultés de plus en plus par défaut que par réelle satisfaction".

Partager cet article

Repost 0

commentaires

PTT 20/03/2017 11:21

C'est intéressant cet article..
Mais quelle vie pour le conseil pur? Ce n'est malheureusement pas cela qui fait vivre . Les notaires donnent du conseil souvent gratuit car derrière cela est amorti par le passage à l'acte !

PTT 20/03/2017 14:43

Je trouve la nouvelle excellente, surtout que je me suis reconvertie dans le conseil !...Les notaires vont devoir arrêter de se croire au dessus des avocats et experts comptable;..
Pas gagné !

avocats notaires 20/03/2017 12:48

Les notaires vont se trouver confrontés à la même problématique que les EC : le travail matériel (gestion des dossiers et production des actes pour les notaires, écritures comptables pour les EC) ayant vocation à être effectué de façon quasi-automatique par les logiciels robots exploitant l'AI et le big data, leur valeur ajoutée, et donc leur marge, ne pourra provenir que du conseil.
Cette "transformation numérique", irréversible, est déjà engagée.
Parallèlement, les avocats constatent que les seules procédures ne peuvent pas assurer leur train de vie, aussi se tournent-ils vers le conseil et la rédaction d'actes dans les domaines jusqu'alors réservés aux notaires : patrimoine, successions, immobilier, ...
C'est cette convergence des deux activités qui va provoquer le "rapprochement" des deux professions (avocats et notaires) dans les sociétés pluripro, voire même, dans un second temps, leur fusion dans la GPD sous statut unique d'avocat, comme cela existe déjà chez nos voisins suisses et allemands, entre autres.
Avec l'accélération de l'Histoire résultant de l'irruption du numérique dans leur activité, cette convergence des deux profession pourrait être très rapide maintenant.
A l'évidence, il s'agit plus d'une rupture que d'une évolution soft.
Les notaires, 1816 et Macron confondus, doivent donc, d'ores et déjà, organiser leur mutation vers ces nouveaux schémas.
C'est bien la fin annoncée du très confortable "Ancien Régime" (numerus clausus, monopole sur l'immobilier, tarif proportionnel obligatoire).