Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 14:18
LES MAUVAIS ARGUMENTS DE FERRAND

Ferrand a expliqué sur BFMTV :

 « Les [membres] du conseil d’administration [des Mutuelles de Bretagne], dont je ne suis pas, ont retenu la meilleure offre, pour les conditions de travail des salariés, pour la proximité avec les transports, qui était celle d’un local détenu par ma compagne », a-t-il détaillé. Il avait fait l’objet d’un « renouvellement de bail, donc ça veut dire que les gens se satisfont de l’endroit où est situé ce local », a-t-il ajouté.

Ce sont là de mauvais arguments :

Le conseil d'administration de la mutuelle (dont il n'est pas puisqu'en tant que directeur général salarié il ne peut pas être en même temps administrateur) a choisi entre les trois options qui lui ont été préparées et présentées  par Ferrand, lequel était partie prenante, intéressé, précisément dans celle qui a été choisie.

Que vaut ce choix du conseil d'administration devant cette présentation qu'on doit présumer tendancieuse puisque mise en oeuvre par leur DG en situation de conflit d'intérêts ?

La quatrième option, la plus intéressante pour la mutuelle mais qui n'a, bien entendu, pas été présentée aux administrateurs, était l'achat par la mutuelle de ces locaux en mauvais état. C'était possible puisqu'à ce moment là la vente à la SCI n'était pas encore réalisée. Et, comme on l'a vu, la SCI elle même n'était pas encore constituée.

Mais c'est Ferrand et sa compagne qui ont choisi de faire eux mêmes la bonne affaire, en demandant, de surcroît, un loyer de 75 % supérieur au loyer normal.

Et quand il évoque "le local détenu par ma compagne" c'est tout autant abusif car celle-ci ne bénéficiait à ce moment là que d'une promesse de vente, au profit d'un acheteur (la SCI) qui n'avait pas d'existence légale. C'est encore un argument qui ne tient pas et, coïncidence qui n'a rien de fortuit, on entend le même type d'arguments fallacieux que ceux utilisés par Fillon il y a quelques mois.

De surcroît, on ne sait pas ce que pense le vendeur de ce tour de passe-passe dont il a lui aussi fait les frais.

Quant à l'argument selon lequel la mutuelle a renouvelé le bail en 2014, il ne vaut pas davantage car la mutuelle, qui a effectué  184.000 euros de travaux de remise en état, ne tient évidemment pas à perdre le bénéfice de cette dépense très importante.

Ferrand nous raconte des histoires au sujet de cette opération lamentable, qui le disqualifie pour participer à un gouvernement qui a fait de la lutte contre la corruption un enjeu essentiel du quinquennat.

Le PR aurait dû le sortir du gouvernement dès mercredi matin lors du Conseil des ministres, puisque les faits étaient clairement établis. Pourquoi ne l'a-t-il pas fait ? Ça reste à ce jour un mystère, qui entache grandement sa crédibilité.

Et le PM vient de nous déclarer que ce sont les électeurs qui décideront du sort de Ferrand ! Mais seuls les électeurs de sa circonscription sont appelés à voter alors que, s'agissant du maintien ou non d'un ministre au gouvernement, cela concerne tous les citoyens de ce pays.

Le PM, tout comme Ferrand et quelques autres, sont donc dans une démarche d'enfumage qui ne trompe personne mais entache le crédit de cette fine équipe d'illusionnistes.

C'est donc maintenant au PR qu'il appartient de trancher, et cela de toute urgence, faute de perdre lui-même sa crédibilité dans le combat qu'il veut mener, proclame-t-il, contre la corruption sous toutes ses formes.

Ce quinquennat, vital pour la démocratie et l'économie du pays, serait très mal engagé si le PR ne décidait pas, sans plus attendre, de sortir Ferrand du gouvernement ... et de voir pourquoi le PM persiste à le protéger.

Il ne doit pas s'agir ici de copinage mais bien de la situation et de l'avenir du pays.

Il faut bien admettre qu'avec cette affaire Ferrand, c'est mal engagé pour Macron, et pour les citoyens de ce pays dont la confiance est encore une fois mise à l'épreuve.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

en repassant 30/05/2017 23:12

Macron president quel beau discours...... Un pr qui choisit un pm qui semble avoir la phobie de la transparence sur ses propres déclarations de patrimoine lequel pm ne peut bien évidemment que couvrir son protégé ministre au risque de se faire sauter lui meme..... On a comme une impression de deja vu non ???? Mais voici que pour l'instant notre pr a toujours une auréole sur sa tete....jusqu'à quand ? Il est vrai que tout jeune qu'il est il a pas eu le temps ou l'occasion de traîner des casseroles.....a moins que celles-ci soient bien cachées.
Que ferrand dégage il ne mérite rien de plus pour payer de cette arrogance dont il fait preuve sur ses déclarations qui sont une véritable insulte a l'intelligence du français moyennement capable de comprendre qu'il se fout vraiment de nous et qu'il se prend pour un intouchable avec ses déclarations a deux sous....

Macron Président ! 27/05/2017 12:29

Difficile pour Macron de débarquer un allier de la première heure...

Et le renvoyer aux choix des électeurs via le PM est plutôt bien joué...
Son statut de PR ne l'oblige pas à s'exprimer et il passe ainsi par Philippe.
Ne ''défendre'' Ferrand qu'en le renvoyant devant le peuple (cad en invoquant l'issue fatale de Fillon) est un langage qui ne trompe personne !
Macron pense qu'il doit faire ses valises, et que les électeurs bretons ne s'y tromperont pas.

Dûr pour Macron de mettre en place cette République irréprochable qu'il appelle de ses vœux, surtout avec des soutiens politiques issus de ses années d'après guerre marquées par la liberté retrouvée et l'opulence, mais aussi une certaine forme de tolérance dans les affaires.

Les trente glorieuses ont laissé la place aux trente piteuses... L'heure de la fin des privilèges et petits arrangements a sonné. Les temps sont dûrs pour tout le monde. Et les quelques exceptions (et les notaires en font partie...) sont scrutés et observés méticuleusement ...
Surtout lorsqu'ils veulent exercer le pouvoir.

Les journalistes ont la part belle dans cette nouvelle société de la transparence. Nous voyons qu'ils ont le pouvoir de faire ou défaire une élection. Internet participe d'ailleurs à ce grand nettoyage / déballage (c'est selon). Rien de caché qui ne puisse désormais être découvert, rien de secret qui ne puisse être mis au jour : si vous voulez devenir homme politique vous devez être i m p é c a b l e. Et depuis longtemps !

EXIGEANTE, cette nouvelle société Macron. Elle ne connaît d'ailleurs pas le mot ''repentir'' (cf Affaire Fillon). Vous avez voulu vous reprendre ? Que neni ; il ne fallait pas y toucher !

Cette Démocratie ''Absolue'' voulue par Macron, où l'Egalité trouve ses lettres de noblesses, sans nuire à la Liberté (cf le programme présidentiel) est une gageure ! Elle nécessite une renouvellement profond de la classe politique et c'est ce qu'il tente de faire en choisissant les nouveaux députés ''en marche''.

Si Macron ne réussit pas son mandat, ce sera le retour de l'Ancien Régime, non sans heurs...

Dugard 27/05/2017 20:54

C'est quand même risqué : il y a les cas Balkany qui est réélu malgré tout ...

PEILLAC 27/05/2017 12:04

quid des arretés de nomination pour les "heureux" bénéficiaires du TAS ?

Dugard 26/05/2017 19:53

Ce que je ne comprends pas :
si sa compagne n'était ni propriétaire du local ni n'avait constitué la SCI au moment ou elle a postulé :
pourquoi la mutuelle qui se serait porté caution du prêt de la SCI ... n'a-t-elle pas acquis directement les locaux ?
Seul avantage elle peut planter la DAME du jour au lendemain sauf contrat de bail léonin mais vu qu'ils ont payé les travaux ... un BEAU PIEGE A CONS !

avocats notaires 26/05/2017 20:11

Dugard :
La mutuelle n'est pas caution de la SCI.
Le Crédit Agricole, banque de la SCI, lui a prêté une somme correspondant au prix + "frais de notaire", en prenant une garantie sur l'immeuble (PPD pour le prix + HC pour les frais).

avocats notaires 26/05/2017 20:06

Dugard :
La mutuelle n'a pas acheté les locaux car Ferrand les a présentés comme étant à louer 42.000 euros par an + 184.000 euros de travaux à faire par le locataire, appartenant à une SCI.
Il n'a certainement pas indiqué à son conseil d'administration :
. que la SCI n'existait pas encore, et n'avait donc pas encore acheté l'immeuble,
. que cette société "en formation" appartenait à sa compagne.
Le président du CA de l'époque (pas si ancienne) ne se souvient pas de ce "détail".
Ce brave Ferrand, si zélé, qui aurait pu imaginer qu'il avait roulé dans la farine la mutuelle dont il était le DG salarié ?

Ag 26/05/2017 15:23

Et vous qu'il n' y a pas si longtemps le trouviez formidable
Au moins vous êtes logique par rapport à l'affaire Fiilon

Dugard 26/05/2017 19:46

Il faut voir le bon côté des choses : nous avons une parfaite application du notariat à la papa !
Donc quand nous aurons un client DG de quelque chose mutuelle, HLM, collectivité : il conviendra de lui proposer un montage " Ferrand " tout comme d'autres avant nous ont fourgué du Perissol, du Robien, du DUFLOT, ou du PINEL.

PS: le Captcha c'est gonflant ! Et les pub aussi LOL !

avocats notaires 26/05/2017 15:34

Ag :
Je n'ai jamais trouvé Ferrand "formidable", et maintenant on sait comment le qualifier.
Il a montré ce dont il était capable, il faut donc qu'il sorte du jeu.
Et ceci, indépendamment de l'affaire Fillon. Ça n'est evidemment pas pour équilibrer.